consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Aluminium

Aluminium

Un article de Encyclo-ecolo.com.

aluminium

Sommaire

L'aluminium

Métal blanc léger et malléable extrait de la bauxite qui a de nombreuses applications dans l'industrie et les instruments de cuisine. C'est à travers l'usage de ces instruments que l'eau et les aliments peuvent prendre une teneur trop forte en ce métal (Lorsque le taux est 0, 2 mg/l) lequel est particulièrement dangereux en cas d'insuffisance urinaire .On y remédie en purifiant l'eau par osmose inverse..

L'aluminium n'a été isolé qu'au milieu du XIXe siècle. C’est un métal "jeune" comparé au fer, au cuivre ou à l’or, connus depuis les temps les plus reculés. D'abord utilisé pour la fabrication des bijoux, puisque rare et précieux, il s'est peu à peu imposé dans une foule de domaines et a participé aux grandes mutations technologiques contemporaines : transports, habitat, alimentation, modes de vie, esthétique…

Aujourd'hui, l'aluminium représente un très important secteur industriel ; il est le métal le plus consommé après le fer. Les Français utilisent plus de 20 kilos par an d’aluminium. Il présente l’avantage de pouvoir être recyclé presque indéfiniment, ce qui est important pour la protection de l’environnement. En outre, la fabrication d’aluminium de deuxième fusion, à partir de rejets ou de produits d’aluminium en fin de vie, ne requiert que 5 % de l’énergie nécessaire à la production d’aluminium de première fusion.

Chez l’homme, les principales voies d’exposition reconnues sont les voies orale, cutanée et respiratoire.  Pour la voie orale, en dehors de toute exposition professionnelle, l’ingestion d’aliments constitue 95% des apports quotidiens ; l’aluminium présent dans les aliments de base ou l’eau de boisson résulte d’un phénomène naturel, d’un ajout d’additifs alimentaires, d’un traitement de l’eau ou d’une migration du contenant vers le contenu.

Dans le cas de l’instauration d’une thérapeutique par médicaments anti-acide ou par pansements digestifs à base d’aluminium, l’exposition est majorée. L’inhalation demeure une voie d’exposition mineure, sauf en milieu professionnel où l’atmosphère des ateliers peuvent contenir des teneurs élevées en aluminium. La quasi-totalité des effets observés chez l’homme relèvent du domaine de la toxicité chronique. Les effets cliniques avérés de l’aluminium sur la santé humaine (neurologiques et osseux) ont toujours été observés dans des situations de forte accumulation d’aluminium dans l’organisme.

Cependant, à partir des données disponibles, rien ne permet d’affirmer que l’exposition à l’aluminium aux doses habituelles soit associée à une augmentation de risque. Par ailleurs, dans les cas où l’exposition pourrait être plus importante (traitement anti-acides au long cours), il est nécessaire de rappeler que l’évaluation doit prendre en compte les bénéfices attendus de ces produits de santé.

A ce jour, l’évaluation des risques sanitaires liés à l’exposition à l’aluminium se heurte à un certain nombre de difficultés, liées à la fois à la mesure de l’exposition à l’aluminium et à la mauvaise connaissance de la cinétique, du métabolisme et de la toxicité des différentes formes chimiques de l’aluminium.

L'hydroxyde d'aluminium est utilisé dans de très nombreux vaccins comme adsorbant et adjuvant de l'immunité. La non-innocuité de ce type de préparation a été évoquée mais sans argument convaincant. Selon des publications très récentes l'association vaccin-hydroxyde d'aluminium est susceptible de provoquer chez certains individus des réactions immunitaires avec des troubles musculaires ou neurologiques durables. Ce n’est pas une raison pour ne pas se faire vacciner, ces cas sont rarissimes par rapport aux effets bénéfiques des vaccins sur une population.

L'aluminium dans nos déchets

  • Chaque tonne d'aluminium recyclée permet d'économiser 2,3 tonnes de bauxite
  • Total Europe : 7 millions de tonnes, dont 7 millions d'emballages
  • Total France : 1 million de tonnes, dont 120.000 tonnes d'emballages, mais moins de 1 % d'aluminium dans les déchets ménagers
  • 0,5 % des déchets ménagers, soit 2 kg/habitant/an

L'aluminium ménager

L'aluminium utilisé par les ménages est de l'ordre de 72.000 tonnes, réparties en quatre gisements distincts, en fonction notamment de l'épaisseur du métal qui s'échelonne entre 0,3 mm (300 microns) pour les boites, jusqu'à 6,35 microns pour les feuilles d'aluminium incorporées dans d'autres emballages en multicouches (feuilles d'aluminium dans les " briques " de lait).

Les emballages aluminium

On appelle " emballage aluminium " les emballages où l'aluminium est majoritaire en poids. Ces emballages entrent dans la catégorie des produits dits rigides (conserves, " boites boisson ", aérosols) ou semi-rigides (barquettes, boites de nourriture pour animaux...). Ce gisement représente 40.000 tonnes, ce qui est très faible par rapport à d'autres pays qui ont des habitudes de consommation beaucoup plus tournées vers l'alimentation préparée et les " boites boisson ". 

La France n'a pas la " culture de la boite " comme d'autres pays qui ont des consommations trois fois (Royaume Uni), voire huit fois plus élevées (États-Unis). En outre, en France, seulement 30 % des " boites boisson " sont en aluminium (contre 50 % en Europe, 75 % au Royaume Uni et plus de 90 % aux États-Unis ou en Suède).

Le volume annuel des emballages aluminium est de l'ordre de 40.000 tonnes

Les autres gisements concernent l'aluminium contenu dans des emballages où l'aluminium est minoritaire. Il peut s'agir, soit d'emballages associant plusieurs matériaux dans différentes pièces, tels que les pots de yaourt (avec corps plastique et opercule en aluminium de 38 microns d'épaisseur) et, surtout, les " boites boisson " acier dans lesquelles le corps est en acier (11/15 grammes), mais le couvercle (3 grammes) et l'anneau (0,3 grammes) sont presque toujours en aluminium ; soit d'emballages multimatériaux ou " multicouches ", incorporant une fine feuille d'aluminium dans d'autres couches de matériaux : plastique/aluminium, plastique/aluminium/carton, tels que les " briques " de lait...

L'autre poste concerne les feuilles aluminium vendues en rouleaux qui ne sont pas classées comme emballages au sens de la directive européenne118 . Puisqu'elles sont destinées à " couvrir ", elles ne " contiennent " pas de marchandises au moment de l'achat. Ces feuilles aluminium, utilisées seules ou en multicouches, ont une épaisseur comprise entre 6,35 et 20 microns.

Il y a également les équipements ménagers (casseroles, cendriers...) qui représentent un gisement ancien, en voie d'extinction (la plupart étant remplacés par des équipements inox).



Les feuilles d'aluminium ou "papier alu"

Le gisement de l'aluminium ménager est estimé à 1 % du volume d'ordures ménagères,

Pour l'article sur les feuilles d'aluminium, voir : Que faire des feuilles d'aluminium


=== A lire également au sujet de l'aluminium ===

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.