consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Acidification

Acidification

Un article de Encyclo-ecolo.com.

pluies acides

Sommaire

L'acidification

L'acidification, un phénomène terrestre et maritime planétaire

De vastes régions du sud de la Scandinavie souffrent d'un conséquente acidification des eaux douces, qui tue de nombreux poissons. Dans la République tchèque, en Allemagne, en Pologne et en Slovaquie, les forêts de conifères subissent des dommages probablement dus à l'acidification et à des concentrations élevées de dioxyde de soufre et d'ozone dans l'air.

On prévoit une diminution des précipitations d'acides en Europe à la suite de la réduction des émissions, mais, sur plus de la moitié du territoire Européen, les charges critiques seront encore dépassées. 

Dans 50 à 100 ans, les squelettes externes de certains organismes marins.tels que le Corail pourraient commencer à se dissoudre et à ne plus pouvoir se former en raison de l’acidification de l’eau de mer. Les espèces possédant des coquilles en aragonite seront les premières touchées. Les coraux, coquillages et crustacés suivront.

Des écosystèmes entiers s'écrouleront, faute d'alimentation de base, avec des conséquences dramatiques: crise alimentaire planétaire et crise climatique agravées (si la constitution des océans change, ils ne pourront plus assumer leurs divers rôles de régulateurs: climat, oxygénation de l'air...).

Les pluies acides détériorent le patrimoine architectural :

La pollution atmosphérique crée de l'acidité qui retombe au niveau du sol sous la forme de pluies, de neige, de brouillard ou de particules. Cette acidité attaque les pierres d'édifices qui avaient jusqu'alors résisté à l'usure des siècles. Les monuments sont plus ou moins touchés en fonction de leur localisation et du type de roche qui a servi a faire les pierres de construction.

L'acidification des sols favorise le dépérissement des forêts :

Le dépérissement des forêts est un phénomène complexe car il existe plusieurs types de dépérissement. Le type de dépérissement qui affecte les forêts vosgiennes est dit "magnésique" car il se caractérise par une carence en magnésium de l'alimentation des arbres : explication du dépérissement dans les Vosges.

La pauvreté des roches est un facteur prédisposant au dépérissement. C'est pourquoi ce sont surtout les parties nord-ouest et centrale du massif vosgien qui sont touchées par le dépérissement (zones géologiquement les plus sensibles à l'acidification).

L'acidification des eaux provoque une diminution de la biodiversité :

L’acidification des ruisseaux conduit à une réduction du nombre d’organismes aquatiques. Cette diminution se traduit à la fois par une réduction du nombre d’espèces et d’individus. Le pH à partir duquel une population périclite dépend de l’espèce, mais les premiers signes de déclin apparaissent généralement dès que le pH passe en dessous de 6,5.

L’acidité n’est pas la seule cause du déclin des populations des ruisseaux. En effet, un pH bas favorise l’apparition d’aluminium soluble dont certaines formes sont toxiques.

L'acidification touche, entre autres, les truites dont la survie est conditionnée par l’acidité et la teneur en aluminium des eaux. Dans le massif vosgien, les populations de truites déclinent lorsque le pH de l’eau diminue. En dessous d’un pH de 5,5, elles disparaissent presque complètement, y compris dans les secteurs où des alevins sont introduits. Le seuil de toxicité en aluminium se situe à 200 microgrammes par litre. Ce taux est atteint lorsque le pH est inférieur à 5,5.

L'acidification des eaux des océans

  • L'acidification des eaux des océans est une des principales conséquence du réchauffement climatique.
  • Les océans et les mers absorbent 25 millions de tonnes de C02 par jour ce qui cause une acidité croissante de l'eau avec un ph qui est passé de 8,16 au milieu du 19ème siècle à 8,05 aujourd'hui, ce qui correspond à une acidité accrue de 10%.
  • Le PH des eaux de surface des océans est passé de 8,2 avant la révolution industrielle à 8,05 actuellement et est annoncé à 7,8 à la fin du siècle, ce qui a un impact sur certains planctons. Or une réduction de l'activité du plancton implique une baisse de l'activité biologique des océans.
  • Au cours des deux cents dernières années, ils ont absorbé près de la moitié du CO2 issu de la combustion des carburants fossiles : charbon, gaz naturel, pétrole, soit 120 milliards de tonnes depuis les débuts de l’ère industrielle.

«Conséquence : le pH de ces eaux est aujourd’hui de 8,1, soit une baisse de 0,1 unité au cours du XXe siècle», précise Eric Douvielle, du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement.

Les émissions de CO2 poursuivant leur ascension, l’acidification va s’intensifier : au rythme actuel, le pH des eaux de surface océaniques pourrait diminuer, d’ici à la fin du siècle, de 0,3 à 0,5 unité. «Il s’agirait du pH le plus bas enregistré depuis 300 millions d’années», affirme Eric Douville. Un phénomène qui constitue une menace directe pour les coraux, les mollusques, le phytoplancton calcaire, car l’acidification altère le processus de calcification qui leur permet de fabriquer squelettes externes ou coquilles. «Dans le passé, les espèces avaient réussi à s’adapter parce que le processus d’acidification s’était étalé sur 10 000 ans et ne concernait que 0,1 unité de pH, explique Douville. Impossible de savoir si les écosystèmes marins parviendront à s’adapter à de telles variations en un siècle.»


  • Les études montrent que les variations dans la composition de la basse atmosphère (en co2) se répercute toujours et rapidement sur la biologie de l'océan (étude de Thimoty Wootton de fin 2008 publiée dans la revue Proceedings of the national academy of sciences)


[modifier] A lire également au sujet de l'acidification

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.