consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Arctique

Arctique

Un article de Encyclo-ecolo.com.

arctique


Sommaire

L'arctique

Nos petits enfants ne verront peut-être plus la banquise que dans leur livre d’histoire. Non seulement, la banquise et les glaces arctiques fondent à grande vitesse mais ce vaste territoire de 21 millions de km2 souffre de pollution croissante. En 2007, 1 millions de km2 de banquise ont disparu ; 2 fois la surface de la France.

La Nasa estime que l'Arctique a perdu environ 10% de sa couche de glace permanente tous les dix ans depuis 1980. La plus grande plate forme glaciaire de l'arctique, vieille de 3.000 ans, s'est cassé entre 2000 et 20002. A ce rythme, beaucoup d’experts estiment que la banquise arctique ne sera plus qu’un souvenir en 2020. Injustice que de voir ces espaces quasi vierge d’activité économique souffrir des retombées polluantes du reste du monde : ours blancs contaminés aux PCB cancérigènes, contamination des végétaux et de la chaîne alimentaire jusqu’aux Inuits ou habitants du Nunavuk, …

Le réchauffement de l'océan Arctique a des conséquences spectaculaires qui prennent le tour d’un cercle vicieux. L'océan en pleine eau absorbe davantage l'énergie du soleil que la glace, qui a un pouvoir réfléchissant, ce qui entraîne le réchauffement de l'eau, qui provoque la fonte des glaces, qui entraîne l'agrandissement de l'océan en pleine eau, qui se dilate et qui voit son niveau monter. </p>

Les changements dans l'océan arctique ont un impact sur les courants océaniques ; les courants atmosphériques ; l'augmentation du niveau des mers ; la vie des populations indigènes ; les espèces sauvages, etc.



L'ouverture de la route maritime du nord

  • Ouverte à la navigation internationale depuis 1991, la route maritime du Nord est en train de dégeler avec la fonte de la banquise arctique.
  • Cette route du grand nord arctique longe les rivages nord de la Russie, en partant de l’entrée dans la mer de Kara jusqu’au détroit de Béring. Emprunter cette route c'est faire un trajet presque 2 fois plus court que les autres trajets habituels reliant l’Europe à l’Extrême-Orient. De Hambourg (Allemagne) à Yokohama (Japon) par le canal de Suez, il y a 20 500 kilomètres, vs 12 000 par la route du Nord, ce qui représente 10 jours de trajet en moins alors que le canal de Suez est saturé. Cette fonte de la banquise devrait aider à absorber le volume d’échanges toujours croissant entre l’Europe et l’Asie (qui devrait augmenter de 50% en 2010, selon le FMI).
  • Si la route maritime du Nord est entièrement ouverte, cela facilitera l’exploitation du plateau continental arctique pour exploliter les hydrocarbures et les métaux qu'il recèle.


La Russie, le réchauffement climatique et l'arctique

  • La Russie est menacée par les conséquences négatives du changement climatique.
  • Les icebergs de la banquise seront plus nombreux près des gisements de pétrole maritimes du Nord.
  • La forte hausse du débit des rivières en hiver peut avoir pour conséquence des inondations de fragiliser les fondations des bâtiments construits dans le grand Nord.
  • Le Permafrost ou Pergélisol est un sol perpétuellement gelé des zones arctiques. Le réchauffement du permafrost est une menace en ce sens qu’il libère les grandes quantités de C02 retenues dans le sol. Cette fonte libère aussi une importante quantité de méthane, un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2.
Le réchauffement fait fondre le permafrost ce qui accélère le réchauffement. Ce phénomène est à l’œuvre dans la plus grande zone permafrost du monde : la Sibérie La fonte du pergélisol ou Permafrost peut entraîner une déformation, voire une mise à nu ou une rupture des gazoducs et oléoducs. Les résidus de pétrole, gaz et métaux d’anciens gisements enfouis sous le pergélisol sont susceptibles de se répandre. 


L'antarctique vs l'arctique

Le nom Antarctique vient du grec ? (antarktikós), qui signifie « opposé à l’Arctique ». Bien que des mythes et des spéculations concernant une Terra Australis (« Terre Australe ») remontent à l'Antiquité, on considère en général que le continent a été aperçu pour la première fois en 1820 par l'expédition russe de Mikhaïl Lazarev et Fabian Gottlieb von Bellingshausen. Cependant, le continent resta globalement négligé durant le reste du XIXe siècle, du fait de son environnement hostile, de son manque supposé de ressources, et de son emplacement isolé.

Le traité sur l'Antarctique a été signé en 1959 par douze États. Il a été complété en 1991 par le Protocole au Traité sur l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement en Antarctique. Il interdit les activités militaires, l'exploitation des ressources minérales sauf celles qui sont menées à des fins scientifiques. Il accorde la priorité aux activités de recherche scientifique. Les expériences en cours sont effectuées par plus de 4 000 scientifiques de diverses nationalités et ayant des intérêts différents. Il existe aussi une Convention pour la Conservation des Ressources Marines Vivantes de l'Antarctique (ou « CCAMLR »)


[modifier] A lire également sur l'arctique

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.