consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Bactérie

Bactérie

Un article de Encyclo-ecolo.com.

vaccin Une Bactérie est un organisme microscopique unicellulaire, de forme shérique (cocci), allongée(bacilles) ou spiralée, n' ayant pas de membrane nucléaire, se nourrissant de diverses façons et se multipliant par divisions successives. Elles peuvent être à l'origine de pollution, de maladies (variole, rage, tétanos, typhoïde, ...).</p>

Pour lutter contre les bactéries on utilise la vaccination, créatrice d'anticorps détruisant les bactéries nocives, et par des bactéricides curatifs. Certaines bactéries ont une action sur la cellulose (cellvibrio), la pectine, l'amidon, etc. Les bactéries jouent un grand rôle en agriculture : fermentation et putréfaction restituant au monde minéral le matériel organique du monde vivant.

Elles peuvent participer:

  • au cycle de l'azote en fixant l'azote de l'air et en transformant l'azote organique,
  • au cycle du carbone en générant des acides humiques,
  • au cycle du soufre, à la solubilisation des phosphates,
  • à la minéralisation des matières organiques.

Les bactéries sont le groupe le plus important utilisé dans les systèmes de traitement biologique. Elles représentent, de par leur nombre, la partie la plus importante de la population de la biomasse (6,6 109 bactéries par ml). La grande variété d’activités métaboliques rencontrées dans ce groupe permet la dégradation de la plupart des composés organiques retrouvés dans les déchets municipaux, industriels et agricoles.

Les bactéries intestinales

Les bactéries intestinales sont partout! On leur a même donné le titre de "second cerveau", car elles seraient responsables de nombreux mécanismes autrefois imputés uniquement à notre substance grise. Certains scientifiques affirment qu'elles et le tube digestif forment un nouvel organe. Les bactéries qui peuplent nos quelques six mètres d'intestin. Une gigantesque population : cent milliards - près de 2 kg, soit dix fois plus que le nombre de cellules qui composent notre organisme - qui constituent ce que les professionnels ont l'habitude de nommer le microbiote. Et c'est environ un millier d'espèces qui cohabite ainsi en parfaite harmonie dans l'espace restreint de notre colon!

Depuis quelques années seulement, les scientifiques, grâce aux progrès des instruments d'analyse et d'exploration ainsi que des connaissances dans le domaine de la biologie moléculaire, se penchent activement sur ces êtres vivants microscopiques qui colonisent l'intérieur de notre tractus digestif dès la naissance, puis s'installent durablement dans une confortable entente - on parle de commensalisme qui signifie manger avec -. Ces bactéries ne sont pas dangereuses - bien au contraire, elles jouent un rôle majeur dans la protection vis à vis des agents pathogènes qui ne cessent de nous agresser sans qu'on s'en aperçoive. D'ailleurs, quand cet équilibre se trouve fragilisé - par la prise d'antibiotiques par exemple - il n'est pas rare de voir proliférer de mauvaises bactéries qui profitent de la faiblesse momentanée de notre système de défense.

Selon de récentes études, les bactéries composant notre flore intestinale pourraient se targuer de jouer un rôle:

  • - dans la digestion des fibres alimentaires
  • - dans la synthèse de certaines vitamines
  • - dans la formation d'acides gras volatils (acide butyrique) bénéfiques qui inhibent la prolifération des cellules cancéreuses.
  • - dans la protection de l'organisme contre les autres microbes pathogènes
  • - dans les troubles de l'obésité
  • - dans certains troubles mentaux, telles que la boulimie et l'anorexie, l'anxiété et la dépression
  • - dans certaines pathologies inflammatoires chroniques de l'intestin (maladie de Crohn)
  • - dans la sensibilité plus ou moins grande à certains allergènes

Les bactéries intestinales interagissent avec notre cerveau, l'un et l'autre échangeant des informations et se régulant mutuellement. Ils ne sont donc pas à craindre : les probiotiques par exemple - présents notamment dans les yaourts - et pré biotiques - sucres fermentescibles utilisés comme substrat par le microbiote - naturels contribuent à maintenir l'équilibre de votre flore bactérienne et ainsi à diminuer les risques de pathologies liés à la destruction de cette précieuse micro population.

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.