consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Certificat d'Economie d'Energie

Certificat d'Economie d'Energie

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Sommaire

Le Certificat d'Economie d'Energie, CEEE

Qu'est ce que sont les certificats verts énergétique ? Acheter un certificat vert est un geste de soutien volontaire à des filières de production électrique respectueuse de l'environnement. En effet, des euros sont reversés à l'achat de chaque certificat qui alimente la filière de production d'énergie propre : éolienne, hydraulique, biomasse, éolienne, ...


Lancés en 2006, en France, les certificats d'économie d'énergie ont été reconduits par la loi Grenelle 2.


Certificats d’Economies d’Energie (CEE), un levier économique pour les copropriétés

  • CertiNergys se présente comme la première entreprise conseil dans le dispositif des CEE, et soutient les travaux de rénovation énergétique des copropriétés


La copropriété représente un des gisements d’économies d’énergie les plus importants pour atteindre les objectifs du Grenelle de l'Environnement : avec 1/5ème du parc résidentiel français, elle est composée principalement d'immeubles collectifs anciens et énergivores.

Pour amorcer leur rénovation énergétique, les copropriétés peuvent s’appuyer sur un dispositif réglementaire efficace : les Certificats d’Economies d’Energie (CEE). Malgré la suppression depuis le 1er Janvier dernier de leur éligibilité directe au CEE, les copropriétaires peuvent toujours obtenir des aides financières.

La rénovation énergétique = « valeur écolnologique»

De nombreuses copropriétés rencontrent des difficultés à mettre en œuvre des travaux de maintien et/ou d’amélioration énergétique de leur patrimoine : changement de chaudière, isolation de façades… Pourtant, ces travaux sont de plus en plus indispensables, et ce, pour de multiples raisons :

- L'arrivée des réglementations thermiques, de plus en plus contraignantes ;

- Le DPE (diagnostic de performance énergétique) rendu obligatoire à partir de 2012* ;

- L’apparition de l’étiquette énergétique depuis le 1er Janvier 2011 dans les annonces de vente et de location, qui a pour conséquence la valorisation ou dévalorisation d’un bien immobilier ;

- L’augmentation du coût de l'énergie qui entraîne une forte hausse des charges.

Sachant que le Grenelle de l’Environnement incite à la construction de Bâtiments Basse Consommation (-50 kWh/m2/an)** et à la réduction de 38 % de la consommation d’énergie du parc ancien d’ici à 2020, la « valeur verte » du parc immobilier va prendre de plus en plus de poids. Ce sont les immeubles les moins énergivores qui feront la différence !

Le dispositif des CEE, un levier financier de taille pour les copropriétés et syndics


Le dispositif des certificats d’économies d’énergie mis en place par la loi POPE constitue alors une mesure intéressante pour les copropriétaires : en valorisant avec des acteurs comme CertiNergy les CEE, ils peuvent compenser une partie des coûts d’investissement dans leurs travaux de rénovation énergétique. « Les CEE jouent le rôle de subventions privées qui incitent à entreprendre des actions d’économies d’énergies, » selon Frédéric Utzmann, président de CertiNergy.


Premier bilan des Certificats d’Economies d’Energie (CEE)

Selon Xavier Romon, directeur général du club C2E de l'Association Technique Energie Environnement (ATEE), le dispositif, démarré en 2006, a pleinement rempli son but. Les principaux fournisseurs d'énergie (« les obligés ») devaient contribuer à ce que la France réduise de 54 TWh sa consommation d'énergie en 3 ans.

« Cet objectif a été largement atteint, témoigne Cela a également permis de réduire, chaque année, de 1,83 million de tonnes les émissions françaises de gaz à effet de serre. Ce qui a été rendu possible par la réalisation de 550 000 changements de chaudières et de 340 000 travaux d'isolation. »

La 2ème période d'engagement des certificats d'économie d'énergie (CEE) débutera en 2011.

Wattvalue, un précuseur des certificats verts

En 2006, Watt value a lancé puis abandonné le marché des certificats verts.

Voir Watt value lance les certificats verts

Green access, unn GIE acteur des certificats verts


  • Créé en 2004 à Lyon, le Groupement d’Intérêt Economique « Green Access » est le premier acteur du marché français des certificats verts. Regroupant une majorité de petits producteurs d’énergies

renouvelables, « Green Access » fournit ces certificats à des entreprises citoyennes qui s’engagent concrètement dans la réduction de leurs émissions de CO2.

La révolution des certificats verts

Pour comprendre le certificat vert, il faut bien dissocier la livraison physique de l’électricité (MWh) issue d’une source renouvelable de sa portée environnementale. Cette dernière est justement matérialisée par le certificat vert. En effet, à tout MWh produit, il est possible de rattacher un certificat vert. Pour cela, les unités de production électrique faisant appel à une ressource renouvelable doit se faire certifier par Observ’ER,

l’Observatoire des énergies renouvelables.

Les certificats verts sont un mouvement de fond. 116 millions en ont été vendus l’an passé en Europe. Dans notre pays, ils se développent fortement. Green Access est le premier acteur de leur commercialisation en France.

Au travers des producteurs regroupés dans le GIE, Green-Access promeut des certificats verts issus de l’ensemble des technologies de production d’électricité renouvelable.

Ces certificats verts sont commercialisés auprès d’entreprises qui placent leur développement durable et leur RSE au coeur d’une démarche citoyenne. Celles-ci souhaitent rendre neutre en C02 tout ou partie de leurs consommations d’électricité. C’est le cas de Tetra Pak, de la SNCF (par l’entremise de Gazelis) et de Mc Donald’s France, qui achète à Green Access des certificats verts pour 100% de ses consommations électriques !

Green Access : une indispensable intermédiation

Green Access a un rôle essentiel d’intermédiation entre les producteurs d’énergie renouvelables et ces entreprises citoyennes. Aux entreprises, par la commercialisation des certificats, il garantit la qualité, la traçabilité et le comptage de l’énergie renouvelable. Aux petits producteurs, Green Access permet d’augmenter la qualité et la quantité de production d’énergie renouvelable, grâce aux reversements rendus possibles par la vente directe des Certificats verts .

L’engagement de Green Access favorise la performance environnementale des centrales (remplacement de matériels), permet de conserver et développer la Biodiversité (Construction de passes à poissons…) et de favoriser l’intégration (environnementale et paysagère …) des centrales.

L’action commerciale de Green Access contribue au développement de la production des sites existants, en participant, par exemple, à la rénovation d’une centrale hydroélectrique, ou en co-finançant les études de faisabilité de nouveaux sites. Plus novateur encore, un des producteurs de Green Access investit dans des programmes de Recherche et Développement. L’un d’entre eux concerne le biométhane permettant de faire circuler des véhicules de chantiers et de tourisme.


[modifier] au sujet des certificats verts et des certificats énergétiques

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4