consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Circulation Thermohaline

Circulation Thermohaline

Un article de Encyclo-ecolo.com.

ocean

La circulation thermohaline, poumon des océans


La circulation des courants océaniques trouvent leur énergie dans les variations de la densité de l'eau. Ces variations de densité sont dues aux différences de température et de salinité.

La circulation thermohaline se retrouve partout en eaux profondes et explique le phénomène des courants.

Le courant d'eau qui contourne le continent antarctique est constitué d'eau très froide et très dense qui fait partie du vaste dispositif de courants marins qui circulent autour du globe


Voir le débit du courant circumpolaire austral sur le Planetosocope


La circulation thermohaline correspond à la circulation permanente à grande échelle de l'eau des mers et des océans, créée par des écarts de température et de salinité des masses d'eau. Ce phénomène de courants profonds dans les océans est appelé "circulation thermohaline". La "circulation thermohaline" fait circuler des volumes d'eau colossaux à travers tous les océans et est à la base d'un transfert de chaleur massif d'un point à l'autre de la planète.

32.jpg


Pour simplifier, l'eau chaude des tropiques, entraînée par les écarts de température et de densité, et de salinité, est entraînée vers le pôle nord. Se faisant elle se refroidit, se densifie et plonge vers le fond. Une fois, plus froide, plus lourde, elle se dirige vers le pôle sud, vers l'océan austral.


Là, l'eau froide et dense se refroidit encore en se mêlant à l'incessant courant d'eau circumpolaire qui circule en permanence. Ce courant, le plus puissant au monde, est donc un mécanisme crucial dans la régulation climatique des océans par le rôle essentiel de moteur qu'il joue dans le vaste jeu des "tapis roulants" sous marins qui brasse nos océans.


La plongée des eaux de la dérive nord-Atlantique absorbe chaque année 1 milliard de tonnes de dioxyde de carbone atmosphérique. Ce C02 est dissous dans les eaux de surface puis est précipité pour longtemps dans le fonds des mers.

ciruclation-thermohaline-planete.jpg

La dérive nord-Atlantique circule vers le nord-est et entraîne des eaux qui après un parcours de plusieurs milliers de km au cours duquel elles se sont petit à petit refroidies. Ces eaux plongent entre la Norvège et le Gorenland et contribuent ainsi à des échanges de chaleur avec l'atmosphère. C'est la dérive nord-Atlantique qui a un rôle d'adoucisseur pour l'Europe de l'ouest, plus que le Gulf stream. Mais avec le [vélo elliptique en réchauffement climatique], les glaciers du Groenland ou ceux d'Alaska fondent à grande vitesse accumulant de l'eau douce dans les océans. Ajouté à des précipitations accrues dans l'hémisphère nord, cela diminue la salinité des eaux océaniques, qui donc plongent moins vite et diminuent les transferts de chaleur vers l'atmosphère, accentuant le réchauffement climatique.

Le climatologue Richard Seager a démontré que, "en cas d'arrêt du transfert de chaleur océanique, les modèles atmosphériques suggèrent une baisse des températures d'environ 4°C aux latitudes moyennes, de chaque coté de l'Altantique". Selon ce chercheur, la douceur hivernale de l'Europe est surtout causée par 2 phénomènes, au delà des courants marins :

1 - les ventes d'ouest qui apportent un air maritime à l'Europe, en restituant la chaleur stockée par l'océan pendant l'été. 2- les circonvolutions de la circulation atmosphérique entravée par les reliefs américains, notamment les Rocheuses.

L'autre grand courant, la "gyre subtropicale" circule autour du globe dansl sens des aiguiles d'une montre vers les côtes d'Afrique de l'ouest.

Le ralentissement des courants marins aurait selon Martin Viseck, directeur du départemarent d'océanographie physique de Kiel, pour conséquence d'augmenter le niveau de la mer, qui à New York est d'environ 1 mètre supérieur au niveau mesuré sur les côtes européennes. Une diminution de 30% des courants de l'Atlantique, par rééquilibrage, entrainerait une augmentation du niveau de la mer en Europe de 10 cm (et ce, sans tenir compte de l'effet du réchauffement proprement dit).

[modifier] A lire également au sujet de la circulation thermohaline

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.