consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Civelles

Civelles

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Pêche illégale de civelles

civelle.jpg

La civelle est le nom donné aux alevins des anguilles européennes, elle est très appréciée des consommateurs asiatiques et son prix peut atteindre 1000 euros du kilo, un prix presque aussi élevé que celui du caviar béluga.

Par conséquent, son commerce fait l’objet de dérive et la cupidité engendrée par son exploitation pousse à la surpêche, au braconnage et aux affrètements illégaux .Une saisie de 270 kilos a d’ailleurs été réalisée à Roissy le 23 juillet 2010.

Démographie de la civelle, une décroissance inexorable des effectifs.

Jusque dans les années 70, nos cours d’eau étaient saturés de civelles, certains la qualifiait même d’espèce nuisible et jusqu’alors elle nourrissait la famille comme le poulailler.

Mais dans les années 70 la pèche industrielle a été autorisée et dès lors sa population a commencé à décroitre. Le marché asiatique et espagnole en est friand.

Cette ressource qu’on croyait pérenne et durable a vu sa population se raréfier, et il est aujourd’hui rare d’en trouver. Elle est d’ailleurs inscrite sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Chose absurde, sa valeur marchande ayant été multipliée par 13 en douze ans, elle devient l’objet de convoitise toujours croissante.

Selon Juan Carlos Vasquez, membre de la convention sur le commerce de la faune et de la flore sauvages menacées d’extinction, plus de 200 millions d’anguilles pêchées chaque année dans les estuaires européens sont exportées en Asie pour y être engraissées.

Les règlementations ne sont pas suffisantes pour stopper cette hécatombe, puisqu’une analyse des procédures sur quatre ans indiquent que les récidivistes verbalisées de 2 à 12 fois représentent un tiers des interpellations et plus de la moitié des procédures dressées par le Conseil Supérieur de la pêche.

Mais la surpêche n’est pas l’unique cause de la régression des populations de civelles, bien que la cupidité soit la cause majeure, il est aussi à noter que ce poisson parmi d’autres souffrent de la dégradation de son environnement : comme elle se nourrit dans les vases, les civelles sont victimes de la pollution des sédiments (métaux lourds, notamment dans les régions industrielles). Les anguilles qui échappent aux pêcheurs regagnent la mer à l'âge de dix à quinze ans où elles peuvent encore être victimes de pollutions provoquées par l’homme (déchets immergés et munitions immergées). L'anguille régresse également à cause de la disparition des zones humides (du fait du réchauffement climatique et de l’urbanisation toujours croissante) et aussi de la pollution des marais littoraux où les taux de plomb sont localement plus qu'alarmant (plomb de chasse, qui contient aussi de l'arsenic et de l'antimoine)

Quelques solutions mises en place pour la sauvegarde des anguilles en France et en Europe.

En France de gros moyens ont été mis en œuvre pour limiter le braconnage :

  • la création d’une brigade d’intervention
  • la baisse du nombre de licence de pêches amateur attribuées
  • une interdiction totale de la pêche de loisir en Loire.
  • gendarme, agent des affaires maritimes et gardes pêches se sont alliés pour lutter contre ce fléau et effectue jusqu’à 3 opérations d’envergure par mois.
  • La commission Européenne a émis une proposition d’action visant à reconstituer les « stocks ».

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4