consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Climatosceptique

Climatosceptique

Un article de Encyclo-ecolo.com.

Sommaire

Climatosceptique

Le climatosceptique, ou climato-sceptique, est un néologisme inventé à la fin du XXe siècle par la contraction des mots climat et sceptique.
Il désigne les personnes qui ne croient pas à la théorie selon laquelle le réchauffement climatique est provoqué par les activités humaines.

Dérèglement climatique : un relatif consensus

Depuis les rapports du GIEC de 2001 et de 2007, il existe un consensus quasi-général sur les causes du dérèglement climatique. De nombreuses preuves montrent qu'il serait lié à l'activité humaine, notamment à travers l'émission de gaz à effet de serre.
Les projections du GIEC indiquent que la température pourrait augmenter de 1°C à 6°C au cours du XXIe siècle, en lien avec l'augmentation dans l'atmosphère des gaz à effet de serre. Ceci provoquerait des conséquences inquiétantes en matière de maintien des écosystèmes sur Terre.

Les climatosceptiques : des voix anti-consensus

Il existe deux controverses climato-sceptiques : l'une réfute les fondements scientifiques de la théorie du réchauffement climatique, arguant que les variations climatiques sont normales au cours du temps, ou encore critiquant les travaux du GIEC.
D'autres voix critiquent le discours politique lié à l'urgence climatique, arguant, dans une perspective libérale, que ce n'est pas à l'Etat d'agir pour tenter d'enrayer le dérèglement climatique.
L'Oregon Petition, lancée en 1999 en réaction à la signature du Protocole de Kyoto, marque le début du mouvement climatosceptique sur la scène internationale. Celui-ci reste toutefois largement minoritaire au sein de la communauté scientifique.

Qui sont les climatosceptiques ?

Parmi les scientifiques, on citera le climatologue Richard Lindzen, le géophysicien Vincent Courtillot ou le physicien Freeman Dyson. </br> Certains hommes politiques se disent également climatosceptiques.
Claude Allègre, géochimiste de formation, a dénoncé L'imposture climatique dans un livre publié en 2007. Il considère que les causes du réchauffement climatique ne sont pas certaines.
Nicolas Sarkozy a, en septembre 2016, opéré un virement climatosceptique en déclarant que l'Homme n'est pas le seul responsable du changement climatique. Il était pourtant à l apointe des questions écologiques lors de la mise en place du Grenelle de l'Environnement en 2008.
Donald Trump, le nouveau Président des Etats-Unis, se proclame également ouvertement climatosceptique. En 2012, il a écrit sur Twitter : "Le concept de réchauffement climatique a été créé par les Chinois afin de rendre les entreprises américaines non-compétitives."

Le climatoscepticisme en perte de vitesse ?

Les thèses climatosceptiques semblent de moins en moins avérées par la communauté scientifique, au vu du nombre de preuves grandissantes de l'origine humaine du réchauffement climatique. Toutefois, le climato-scepticisme reste parfois brandi par les politiciens conservateurs pour freiner toute action en faveur du climat.

Lire aussi : Les acteurs du climat relativisent la victoire de Donald Trump De l'absurdité des arguments climatosceptiques, en vidéo Accord de Paris : le mouvement climato-sceptique en échec

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4