consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Consommation de poisson

Consommation de poisson

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Sommaire

Consommation de poisson

Consommation de poisson en 2010

En 2010, on a atteint un nouveau record de consommation de poisson par habitant avec 17 kg. Selon la FAO, cette hausse de la consommation de poisson s’explique « principalement par le développement de l’aquaculture qui est appelée à dépasser les pêches de capture ».

Mauvaise nouvelle pour les stocks de poisson sauvage, car pour produire 1 kilo de poisson d’aquaculture il faut les nourrir de 3 à 5 kg de poissons sauvages, capturés dans les océans.


  • Chaque année, environ 132 millions de tonnes de poissons sont pêchés dans le monde et 70 millions de tonnes (68,3 M en 2008) de poissons sont produits et pêchés en aquaculture.
  • 30 millions de tonnes de poissons morts sont rejetées sans être commercialisées ni consommées

Consommation de poisson en Europe


  • La consommation de poisson en Europe progresse de 2% chaque année.
  • Les Français consomment 37,3 kilogrammes (kg) de poisson par an, et l’Espagne 42 kg, alors que la consommation mondiale moyenne s’élève à 17 kg par an et par personne.

« La population vieillit, et demande de plus en plus de protéines non grasses. Dans l’imaginaire, le poisson est un produit pur, car sauvage. Mais plus on monte dans la chaîne alimentaire, plus on mange du concentré de poison», selon Stéphan Beaucher, conseiller sur la Politique commune de la pêche (PCP) pour Océan 2012 et auteur de « Plus un poisson dans 30 ans?»

Consommation de poisson dans le monde

Bien que, selon la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’agriculture, 7 des 10 plus importantes espèces de poisson sont au bord du dépeuplement total, le poisson reste un élément essentiel de l'alimentation mondiale.


aiglefin.jpg

La consommation de poisson dans le monde a augmenté fortement : Nous mangeons deux fois plus de poisson qu'en 1995 soit 16,3 kilos par habitant, soit 132 millions de tonnes contre 20 millions en 1950. En 2002, l’humanité consommait 84 millions de tonnes de poissons.

consommation de poisson par habitant

La consommation de poisson par habitant varie fortement selon les régions du monde.

C’est dans les pays développés que la consommation de poisson est la plus élevée, quasiment le double de la moyenne mondiale. En Chine aussi, la consommation de poisson est très élevée.

consommation-poissons.JPG

La consommation de poisson est peu élevée dans les pays à faibles revenu et en Amérique du Sud.

0319-1-consomation-FR.jpg

Sur un demi-siècle, la croissance rapide de la consommation mondiale globale est autant due à la croissance démographique qu'au changement des habitudes alimentaires et à l'augmentation de la consommation de poisson par personne.

La consommation mondiale de poisson par habitant et par an est-elle passée de 9 kg en 1961 à 16,5 kg en 2003 (Source : FAO, La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, 2006.)


La consommation de poisson en France


  • Les français consomment près de 2,2 millions de tonnes de produits aquatiques chaque année, soit environ 35 kg par personne et par an (source estimée par FranceAgrimer (exOfimer))
  • La diversité du marché français n’a d’égal que celle du marché espagnol. Les poissonniers et les responsables “marée” des grandes surfaces le savent bien lorsqu’à chaque fin de semaine, ils doivent mettre en scène sur leur banc de glace des assortiments dépassant souvent les 100 références.
  • la grande richesse des eaux françaises explique en partie cette caractéristique. Le caractère international des échanges qui remonte aux années

70 a aussi considérablement facilité l’entrée de nombreuses espèces, souvent nouvelles pour les clients français.


La France et son grand marché sont connus de tous les exportateurs de produits aquatiques à travers le monde. Ce ne sont pas moins d’une quinzaine d’espèces de coquilles Saint-Jacques (ou pétoncles) qui franchissent nos frontières pour approvisionner ce vaste et dynamique marché, et plus de huit dixième des volumes consommés sont d’origines étrangères (soit environ 85 %).

  • A la consommation directe de poissons de 2,2 Mts’ajoute la consommation indirecte des poissons réduits en farine et en huile qui entrent dans la ration alimentaire des espèces aquacoles carnivores (saumon, bar, daurade, crevette,...). Cette consommation indirecte peut être évaluée à 0,8 million de tonnes de poissons constitués principalement d’anchois du Pérou, chinchard du Chili, sprat et lançon de Norvège. Dans une première évaluation, la France consomme au total près de 3 millions de tonnes de produits halieutiques pour une production mondiale de 140 millions de tonnes. (Tous les chiffres sont exprimés en équivalent poids vif)

La production nationale de poissons

La pêche ou production française de poisson est égale à près de 800 000 tonnes par an :

  • 250 000 tonnes de produits de l’aquaculture : huître, moule, truite, bar, daurade,...
  • 550 000 tonnes de produits de la pêche : thon, sardine, saint jacques, baudroie, seiche,...
  • La France importe 2,1 millions de tonnes de produits aquatiques et en exporte 0,7 million de tonnes chaque année. Le taux de couverture des besoins est de 36% pour un déficit commercial de près de 2,5 milliards d’euros.

France+Origine+produit+aquatique.png

Parmi les 10 espèces majeures qui contribuent à plus des 2/3 des besoins alimentaires nationaux (directs et indirects), seules les huîtres et les moules sont produites principalement en France, le thon est pêché surtout par des armements français dans les eaux tropicales. Les 7 autres espèces sont importées des quatre coins de la planète.

Les espèces dont la consommation annuelle est comprise entre 100 000 et 200 000 tonnes (en équivalent poids vif), avec l'indication de la zone de production :

  • Huître : France
  • Moule : France, Hollande, Espagne, Chili,…
  • Coquille Saint-Jacques + Pétoncles : France, Royaume-Uni, Argentine, Chili, USA, Canada,...
  • Thon : Armements français dans l’Océan indien et au large de l’Afrique de l’Ouest,…
  • Saumon : Norvège, Royaume-Uni, Chili, USA,
  • Colin d’Alaska : Océan Pacifique Nord
  • Autres poissons blancs (cabillaud, merlu, …) : France, Norvège, Islande, Afrique du Sud,
  • Crevette : Equateur, Inde, Madagascar, Brésil, Indonésie,…
  • Anchois : Pérou
  • Chinchard : Chili
  • Sprat + lançon : Norvège, Danemark,…


Consommation de poisson par habitant en France

  • En France, la consommation annuelle de poisson par habitant était de 35,2 kg en 2005 contre 18 kg en 1961. Elle est restée à peu près stable de 2000 à 2010.


consommation-poisson-france.JPG


La consommation de poissons diffère entre générations

  • La consommation des produits de la mer varie grandement selon les tranches d’âge observées. Hareng gendarme, hareng bouffi ou encore hareng saur attirent moins de 8 % des jeunes (moins de 35 ans), contre un tiers des seniors (plus de 65 ans). Les jeunes boudent carrément la morue salée, mais consomment presque autant de saumon fumé que leurs aînés. Les jeunes se rattrapent sur le surimi, puisque 65 % d’entre eux en achètent contre seulement 46 % des anciens, et sur les produits panés qu’ils soient frais ou surgelés.

En quantité, les jeunes mangent beaucoup moins de poisson frais que leurs aînés.

Certains dans la filière s’en inquiètent. Aujourd’hui, seul un jeune sur deux achète du poisson frais, contre 8 seniors sur 10. Que se passera-t-il quand les anciens ne seront plus là ? Les jeunes auront vieilli ; deviendront-ils amateurs de bar, merlu et autres dorades, comme leurs aînés aujourd’hui ? Ou au contraire auront-ils grandi sans développer le goût pour les protéines aquatiques au point de s’en passer avec les années ?

La question de ce que les sociologues appellent “l’effet d’âge” ou “l’effet de génération” n’est pas tranchée. Le Crédoc, centre de recherche sur la consommation, penche plutôt pour l’hypothèse d’un effet de génération : les moins de 35 ans qui aujourd’hui n’achètent pas de poisson frais n’en achèteront pas plus demain. Mais cette conclusion n’est pas certaine.

Une observation attentive des achats depuis 20 ans indique que la consommation des seniors s’accroît d’année en année, c’est-à-dire qu’en vieillissant, nous mangeons plus de poissons frais. La consommation des produits de la mer en général et du poisson frais en particulier est liée au revenu des ménages. 73 % des foyers aisés en achètent contre 57 % des foyers modestes

La consommation de poisson en restauration collective

  • En France, le secteur de la restauration collective et commerciale est responsable d’environ 30 % des ventes de

l’ensemble des produits aquatiques contre 70 % de vente au détail. Ce niveau est moins élevé qu’aux États-Unis, où les restaurateurs commercialisent 55 % des produits aquatiques.

En Grande-Bretagne, la part de marché de la restauration est d’environ 45 %. En Espagne, les ventes à la restauration sont plus faibles (25 %), contre 75 % au détail.

Sur le marché de détail, c’est-à-dire le circuit des ventes aux particuliers, les poissonniers ont vu leur part de marché sévèrement décliner au cours des vingt dernières années, grignoté inexorablement par la grande distribution.

  • C’est à la fin des années 70 que les premiers rayons marée sont apparus dans les supermarchés. Leur croissance, très forte dans les années 80, n’a depuis que peu faibli. En 1990, la distribution moderne était déjà responsable de 40 % des ventes au détail (en valeur) du poisson frais. En 2006, cette part a dépassé 70 %.


sources : seafoodchoices.org/resources/documents/FrenchSpeciesGuide, consoglobe,

[modifier] au sujet de la consommation de poisson

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4