consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Déforestation

Déforestation

Un article de Encyclo-ecolo.com.

déforestation

Sommaire

La déforestation

Chaque année 15 millions d’hectares de forêts sont détruits, soit environ le ¼ de la superficie française ou l’équivalent de la Belgique. Ce phénomène serait responsable de 20% des émissions mondiales de gaz carbonique. La moitié est due à des coupes illégales. Les conséquences ne se font pas sentir que sur l’effet de serre mais également localement sur les sols qui ruissellent plus et donc favorisent les inondations, l’évaporation et donc la sécheresse.


Les forêts sont menacées par l'importante déforestation qui a eu lieu au cours des 20 dernières années en raison de la demande croissante de terres - pour l'agriculture, l'urbanisation et l'appétit croissant de l'économie pour le bois et le papier.


Quand un massif forestier a été surexploité par une société forestière, il perd toute sa valeur et ne repousse pas : il est rasé par les industriels de la pâte à papier puis investi par des cultivateurs de soja en Amérique latine par exemple. L’impact sur la biodiversité est dramatique :

  • 50% des espèces végétales et animales vivent dans les forêts tropicales,
  • 50% des médicaments proviennent de la nature,
  • 50% des forêts tropicales ont déjà disparu.
  • Moins de 1% des bois tropicaux sont certifiés.

La France rendra obligatoire la certification des bois utilisés pour les constructions publiques … en 2010. - Bruxelles envisage d’interdire l’importation des bois coupés illégalement… mais quand ? Face au saccage des forêts, bien peu est fait. De nombreuses enseignes se limitent à des actions symboliques, notamment dans la VPC (hormis le trop rare exemple de La Camif) et la très grande distribution.

Certaines enseignes, comme Castorama, suivis par Leroy Merlin, Lapeyre et Ikea s’engagent à ne plus acheter du mobilier que s’il bénéficie du label FSC, Forest Stewarship Council, lancé en 1992 sous la pression d’organisations écologistes. A nous, consommateurs, de vérifier que tout le mobilier ou les parquets que nous achetons bénéficie de ce label FSC qui atteste que le bois n’est pas issu de coupes sauvages et illégales, que seuls les arbres les plus vieux sont coupés, que les dommages causés par les routes d’accès sont limités, etc.

Les mesures envisagées par les pouvoirs publics seront sans doute trop tardives :Il y a urgence, alors préférez systématiquement le bois certifié FSC, PEFC ou encore Keurhout.

Climat et déforestation

L'évolution du climat dépend en grande partie sur le carbone du dioxyde essentiels gourmands forêts. La déforestation qui a eu lieu au cours des 30 dernières années s'est nourrie de la demande croissante de terres - pour l'agriculture, les plantations industrielles (huile de palme, canne à sucre, ...) ainsi que de l'urbanisation et de l'appétit croissant de l'économie pour le bois et le papier.

Depuis 1990, l'accélération de la perte de couverture forestière s'est surtout fait sentir dans les pays en développement qui exploitent leurs ressources naturelles à des fins d'exportation- (Indonésie, Brésil). - Le coût du reboisement est souvent hors de portée de ces pays, même quand ils développement une politique pro-environnement, comme au Guatemala .

Certains pays riches comme la Croatie, le Canada, la Suisse ont réussi à stabiliser leur couverture forestière voire pour certains, comme la France, ont accru la superficie totale de leurs forêts depuis 20 ans. Néanmoins, malgré ces exemples rassurants, la tendance de fond ne fait pas de doute : les forêts disparaissent rapidement de notre planète.

Les catastrophes naturelles accentuent le phénomène de déforestation.

Haïti, souvent victime de cyclones, a ainsi perdu 11.000 hectares de forêts entre 1990 et 2005. Le cyclone dévastateur de 2009 en Haïti a encore mis à mal le peu de forêt qui restent au pays : par rapport à la forêt qu'à connu Christophe Colomb trouve lors de sa découverte de l'île d'Hispaniola en 1492, il ne reste que 7% de la forêt qui à cette époque couvrait 80% du territoire !

3 forêts françaises perdues par le Brésil

Un des pays qui a connu la déforestation la plus massive est le Brésil. Le couvert forestier brésilien a chuté de 520 millions d'hectares à 27 à 477,7 millions d'hectares : en plus de 15 ans, cela représente 42,3 millions d'hectares de forêt en moins.

Un point de comparaison ? La forêt française représente 15,5 millions d'hectares, soit 28% du territoire national.

Déforestation : "la bonne" décennie 2000

Bonne nouvelle ! 18% , c’est le pourcentage dont a décru le rythme de déforestation pendant la dernière décennie 2000 – 2010 : cette amélioration est largement due aux progrès des programmes de replantation de forêts qui on eu lieu dans les pays développés. Ce ralentissement est une première selon la FAO.

annual-cumulative-deforestation-of-brazilian-amazon-1990-2020.png

Comparaison entre la surface déboisée chaque année entre 1990 et 2009 de la partie brésilienne de l'Amazonie,(y compris les objectifs du gouvernement brésilien pour maîtriser la déforestation de 80% d'ici 2020), et la déforestation cumulée par rapport à la surface initiale de l'Amazonie brésilienne (4.100.000 km2)

Source national brésilien de recherches spatiales de l'Agence (INPE), le graphique établi par le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (2010) Global Biodiversity Outlook 3, mai 2010

La déforestation n'est pas compensée par la reforestation

  • Près de 75 % des forêts du monde font l’objet d’un programme forestier national, c’est-à-dire d’un processus national concerté pour l’élaboration

et l’application des politiques forestières et des engagements internationaux

  • "Comme les forêts nouvellement plantées ont souvent une valeur faible biodiversité et ne peut contenir une seule essence, un ralentissement de la perte nette de forêts n'implique pas nécessairement un ralentissement de la perte de la biodiversité forestière mondiale.” (p. 32) Entre 2000 et 2010, la mesure globale de la forêt primaire (qui est, essentiellement non perturbées) a diminué de plus de 400.000 kilomètres carrés, une superficie supérieure à celle du Zimbabwe. " (Global Biodiversity Outlook 3, mai 2010)


L'état de la déforestation en 2011

  • Même s’il reste alarmant, le taux de déforestation et de perte de forêts dues à des causes naturelles accuse un ralentissement.
  • Au niveau mondial, le taux est passé de 16 millions d’hectares par an dans les années 90 à environ 13 millions d’hectares par an au cours de la décennie écoulée. En même temps, le boisement et l’expansion naturelle des forêts dans certains pays et zones ont considérablement réduit la perte nette de superficie forestière au niveau mondial.
  • La variation nette de superficie forestière entre 2000 et 2010 est estimée à -5,2 millions d’hectares par an (ce qui correspond à peu près à la taille du Costa Rica), alors qu’elle se situait à -8,3 millions d’hectares par an de 1990 à 2000. Toutefois, la perte de forêts s’est surtout produite dans les pays et zones des régions tropicales, tandis que les gains ont été enregistrés en majorité dans les zones tempérées et boréales ainsi que dans certains pays émergents.
  • Des progrès importants ont été réalisés dans l’élaboration de politiques et de réglementations forestières ainsi que de programmes forestiers nationaux. Quelque 76 pays ont publié ou mis à jour leur document relatif aux politiques forestières depuis 2000 et 69 pays – principalement en Europe et en Afrique – indiquent avoir promulgué ou mis à jour leur législation forestière depuis 2005.

La déforestation accélère selon la FAO


  • La FAO a mené une étude sur la foret pendant 4 ans à partir d'images satellitaires de l'agence aéronautique et spatiale des Etats Unis (Nasa) et de l'United States Geological Survey (USGS). Etude réalisée par plus de 200 chercheurs dans 102 pays.

Les résultats sont différents des estimations précédents basées sur des sources éparses. En 2010, la FAO avait compilé des rapports par pays utilisant une grande variété de sources et avait abouti à des chiffres supérieurs.

  • 2000 - 2011 : - 6,4 millions d'hectares de forêt par an
  • 2000 - 2005 : - 6,4 millions d'hectares de forêt par an
  • 1990 - 2000 : - 4,1 millions d'hectares de forêt par an
  • 1990 - 2005 : - 4,9 millions d'hectares de forêt par an, soit 10hectare par minute


Le rythme de la déforestation s'est accéléré sur la planète depuis l'an 2000, avec la perte de 6,4 millions d'hectares par an, déplore, dans un rapport paru mercredi 30 novembre, la FAO, l'organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation.

Indiquant avoir utilisé les techniques d'imagerie satellitaire les plus récentes, la FAO souligne qu'entre 1990 et 2000, environ 4,1 millions ha de forêt disparaissaient chaque année et que la moyenne avait grimpé à 6,4 millions entre 2000 et 2005.

«La déforestation prive des millions de personnes de biens et services forestiers cruciaux pour la sécurité alimentaire, le bien-être économique et la santé de l'environnement», souligne Eduardo Rojas-Briales, sous-directeur général de la FAO responsable du département des forêts.

Les chiffres montrent que «la planète a perdu en moyenne 4,9 millions ha de forêt par an, soit près de 10 ha de forêt par minute» entre 1990 et 2005. Selon l’agence onusienne, ce phénomène est dû en grande partie à la conversion de forêts tropicales en surfaces agricoles cultivables, en particulier en Amérique du Sud et en Afrique.

La diminution du couvert forestier mondial


  • En 2005, les forêts couvraient environ 30,3% des surfaces émergées de la planète représentant au total 3,69 milliards ha.
  • La Russie, le Brésil, le Canada, les Etats-Unis, la Chine, l'Australie, la République démocratique du Congo, l'Indonésie, le Pérou et l'Inde restent les pays les plus boisés du monde, les 5 premiers concentrant plus de la moitié du total des forêts existant sur Terre.

Selon l'étude de la FAO, «les pertes nettes de couvert forestier, partiellement compensées par le reboisement ou l'expansion naturelle», ont représenté au total 72,9 millions ha sur 15 ans, 32% de moins qu'une précédente estimation (107,4 millions ha).

La FAO a souligné que les chiffres diffèrent de l'évaluation des ressources forestières mondiales effectuée en 2010, car ils sont «basés sur des données satellitaires à haute résolution».


Selon Adam Gerrand, fonctionnaire au département des forêts de la FAO, en Afrique par exemple, l'enquête a «montré un taux (de déforestation, ndlr) beaucoup plus faible que précédemment estimé sur la base des rapports nationaux».


«Nous avons constaté que le plus fort taux de déforestation a touché les forêts tropicales» d'Amérique du Sud et d'Afrique entre 1990 et 2005, souligne Adam Gerrand.

En revanche, l'Asie connaît une tendance inverse et a été la «seule région à afficher des gains nets dans l'utilisation des terres forestières entre 1990 et 2005». Car «les plantations extensives qui ont été signalées par plusieurs pays d'Asie (principalement la Chine) ont dépassé le chiffre des superficies boisées perdues», selon l'expert.



[modifier] A lire également sur la déforestation

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.