consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Emplois verts

Emplois verts

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Sommaire

Les emplois verts

  • Le commissariat général au développement durable (CGDD) a publié en mars 2012 les chiffres 2010 de l'emploi dans les éco-activités[1]. Les éco-activités regroupent les entreprises et services publics produisant des biens ou services liés à la protection de l'environnement, ou la gestion des ressources naturelles : recyclage et tri des déchets, assainissement et distribution d'eau, isolation thermique et acoustique, agriculture biologique, gestion des parcs nationaux, fabrication et installation de panneaux solaires...
  • En 2010, les éco-activités ont représenté 452.600 emplois, soit une hausse de 4,5% par rapport à 2009 alors que dans le même temps la moyenne nationale de l'emploi était quasi-stable (+0,1%). Face à une situation économique mondiale défavorable, les éco-activités résistent mieux à la crise. Une tendance qui devrait se confirmer avec les chiffres 2011 des éco-activités.

Les emplois verts en 2011

  • Eco-activités ou emplois verts ont représenté plus de 450.000 emplois en 2010

En 2010, la production des éco-activités a enregistré une hausse de 8,5 % et avoisine 70 milliards d'euros. Cette progression est liée à la reprise des activités de récupération et au boom des énergies renouvelables. L'emploi environnemental a suivi cette tendance (+4,5 %), et représente 452.600 emplois en équivalents temps plein. Mais , "le marché du travail des métiers environnementaux est moins dynamique qu'il a pu l'être par le passé, le nombre de demandes d'emploi progresse faiblement (0,7 %), celui des offres un peu plus (2,1 %), avec des hausses moins marquées que celles constatées tous métiers confondus"


L'emploi soutenu par le secteur des déchets et des énergies renouvelables

  • Le secteur de la collecte et du traitement des déchets (97.500 emplois) et celui du traitement des eaux usées (95.500 emplois) restent les deux principaux employeurs, devant les énergies renouvelables (62.500 emplois). Ce dernier secteur connaît la plus forte progression avec une croissance de +19% par rapport à 2009. A noter également le dynamisme de l'agriculture biologique avec 22.500 emplois en 2010 (+22% par rapport en 2009).


Les PME européennes et les emplois verts

Une enquête Eurobaromètre du 27 mars 2012 démontre que les petites et moyennes entreprises (PME) créent beaucoup plus d’emplois verts que les grandes.

  • 1 salarié sur 8 est concerné dans les PME alors que dans les grandes entreprises, on en compte seulement 1 sur 33.
  • La création d’emplois verts devrait par ailleurs s’accélérer dans les PME pour atteindre 35% d'ici 2014 au niveau européen.
  • Pour améliorer leur efficacité énergétique, la moitié de ces PME aimeraient bénéficier de subventions; des allègements fiscaux et de prêts.
  • Un quart des PME européennes souhaitent une simplification des procédures administratives pour installer des panneaux solaires ou pour construire une unité de cogénération.
  • 93% des PME déclarent prendre des mesures visant une utilisation plus efficace des ressources. Deux tiers d’entre elles assurent faire des économies d’énergie. Elles sont environ 60% à recycler leurs déchets et à les réduire autant que possible.


Les éco-entreprises françaises : 4èmes exportatrices mondiales

  • Le marché mondial des biens et services pour la protection de l'environnement évalué par le PNUE[1] en 2007 à 1.400 milliards d'euros, devrait doubler à l'horizon 2020 pour atteindre 3.100 milliards d'euros. Les entreprises françaises bénéficient de cette croissance et la France se hisse à la quatrième place des exportateurs mondiaux derrière les États-Unis, le Japon et l'Allemagne.

Les éco- entreprises ont réalisé en moyenne 15 % de leur activité à l'exportation pour un chiffre d'affaires de 6,05 milliards d'euros en 2010[2], en net rebond par rapport à 2009. L'excédent commercial est de 1,1 milliard d'euros, en hausse de 38 % alors que la balance commerciale française toutes branches confondues enregistre un solde négatif évalué à 49,4 milliards, avec une aggravation de déficit de 8,6 milliards entre 2009 et 2010.


Eau et assainissement : une forte présence à l'international


Les exportations dans le secteur des équipements pour le traitement de l'eau se sont élevées à 750 millions d'euros en 2010. La part la plus importante revient aux équipements de réseaux (canalisations, vannes et appareils de filtration et de mesure), qui représentent 91 % des exportations et la totalité de l'excédent commercial.


A côté de grands groupes comme Saint-Gobain PAM, un ensemble de PME-PMI spécialisées particulièrement performantes sont bien positionnées sur les marchés français et à l'export.

Au-delà des équipements, les services représentent une part considérable de l'activité. Le chiffre d'affaires réalisé à l'international par les entreprises de distribution d'eau et d'assainissement, notamment les groupes Veolia, Suez Environnement et SAUR, par l'intermédiaire des activités de leurs filiales basées à l'étranger, était en 2010 de 12,8 milliards d'euros, soit 1,6 fois le chiffre d'affaires réalisé en France.


Énergies renouvelables : une dynamique nouvelle à l'export


En 2010, la balance commerciale des énergies renouvelables reste déficitaire. Elle s'est néanmoins améliorée dans toutes les filières, à l'exception du solaire photovoltaïque. La France est exportatrice excédentaire dans l'hydraulique, le solaire thermique et les équipements de chauffage au bois domestique. Avec l'appui du Fonds chaleur lancé en 2009, la France a acquis un savoir-faire reconnu dans le solaire thermique. Dans le chauffage au bois domestique (poêles, inserts), les fabricants français sont très présents &agr


Les emplois verts avant 2010

  • Les emplois verts, une réalité pour plus de trois Français sondés sur cinq

Selon les résultats de cette enquête, plus de 3 Français interrogés sur 5 (61%) estiment bien réel le potentiel généré en termes d’emploi par le secteur de l’environnement, certains pensant qu’il y a dans l’immédiat de véritables opportunités à saisir et d’autres qu’il faut cependant accompagner ce mouvement par un important travail d’information, les métiers de l’économie verte étant encore relativement méconnus.

La croissance verte : une pépinière d’emplois

Plus de 3 Français interrogés sur 5 (61%) croient au potentiel généré par les métiers de la croissance verte. Parmi eux :

  • 29% estiment que de nombreuses opportunités existent ;
  • Et quasiment 1 Français sur 3 (32%) pense qu’il faut mettre en place un travail d’information plus important, les métiers dans ce secteur étant encore relativement méconnus.
  • En effet, de nombreuses études confirment le potentiel d’emplois porté par la croissance liée au développement durable : avec 600 000 emplois en France à l’horizon 2020 selon le Boston Consulting Group, les secteurs impactés par la croissance verte touchent plus de 11 millions d’actifs, soit un actif sur deux en France. Cependant, ce potentiel ne se concrétisera pas tout seul. Il faut que les acteurs impliqués dans le secteur de l’emploi comme de l’environnement poursuivent leur travail d’information et mettent en place des politiques publiques de préservation de l’environnement. C’est l’engagement du gouvernement, concrétisé récemment par l’adoption du projet de loi Grenelle 2, destiné à encadrer l'application d'une série de mesures écologiques et environnementales.


Emplois verts : Une minorité d’ « éco-emploi sceptiques »

  • Pourtant, malgré cette réalité, 1 Français interrogé sur 4 estime que seuls quelques métiers seront demain voués à être « durables » et « responsables » et pour quelques autres (14%), c’est une « mode » qui n’a pas vocation à durer. Cette méconnaissance relative à la diversité des métiers existant dans le secteur et cet a priori expliquent en partie l’inadéquation constatée aujourd’hui sur le marché du travail entre l’offre et la demande d’emplois, ralentissant le mouvement d’ensemble. Des milliers d’offres d’emplois « verts » ou « verdissant » ne trouvent en effet pas preneur.


  • « Sur un marché de l’emploi particulièrement tendu, aucun secteur ne doit être mis de côté pour trouver un job. C’est tout le sens de la nouvelle édition « Objectif Plein Emploi en France » placée sous le signe de la croissance verte, dont l’objectif est d’informer et de mettre en lumière la diversité des métiers proposés dans ce secteur encore trop méconnu. En mettant en place, au centre du salon, un « village vert » réunissant tous les acteurs concernés, les entreprises vont pouvoir créer un environnement propice à la rencontre des candidats et accélérer le processus de recrutement dans ce domaine » constate Bruno Brémond, Directeur Général de Monster France et Europe du Sud.
  • Valérie Létard, Secrétaire d’Etat au développement durable conclut : « Les métiers de la croissance verte sont une chance à saisir sans tarder : il y a des emplois diversifiés qui touchent tous les secteurs de l’économie bâtiment, automobile, agriculture, énergies renouvelables, etc. et surtout tous les niveaux de diplôme : 75% de ces emplois sont dédiés aux titulaires d’un bac professionnel ou d’un CAP ou d’un BEP.
  • Le Grenelle de l’environnement, par l'action volontaire de Jean-Louis Borloo, est à l’origine de cette dynamique qui va se traduire par une forte hausse de la production d’énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien etc.), le développement des véhicules propres, celui des transports collectifs, et aussi par des logements mieux isolés. Pour tout cela, il faudra des hommes et des femmes bien formés et recrutés pour réussir la mutation verte de notre économie ! Sans eux, la croissance verte ne se fera pas. L’humain est au cœur de cet enjeu d’avenir. En bref, la croissance verte n’est pas un objet non identifié : c’est une réalité concrète qui existe dès aujourd’hui !

Les résultats du sondage sur les emplois verts

  • Dans le cadre de son dernier baromètre mensuel, Monster a posé la question suivante à 847 salariés français : Les métiers de l’environnement, info ou intox ?

% de votes # de votes

  • Il y a de véritables opportunités à saisir dès à présent 29% 243
  • Mais il faut vraiment en faire plus, ces métiers sont encore méconnus 32% 272
  • Seuls quelques métiers seront demain voués à être « durables » et « responsables » 25% 212
  • C’est une mode, qui ne va pas durer très longtemps 14% 120
  • Total 847

Les résultats présentés ci-dessus sont issus des 847 votes enregistrés du 17 mai au 6 juin 2010 sur le site de Monster sachant qu’un internaute ne peut voter qu’une seule fois.


[modifier] au sujet des emplois verts

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4