consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Methylisothiazolinone

Methylisothiazolinone

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Le Methylisothiazolinone


La société française de dermatologie met en garde contre le methylisothiazolinone, utilisé comme conservateur dans les cosmétiques en remplacement des parabens, cause d'un nombre croissant d'irritations et d'eczémas.

Le Methylisothiazolinone (ou MIT) (parfois appelé par erreur methylisothiazoline) est un biocide puissant et un conservateur du groupe des ,isothiazolinones, souvent utilisé dans les shampoings et produits de soin. Bien que longtemps considéré comme sûr pour l'usage dans les cosmétiques, de récentes études in vitro montrent que le Methylisothiazolinone est un neurotoxique, qui cause des dégâts aux cellules cérébrales des rats.


Methylisothiazolinone (MIT):ce produit très largement utilisé dans les cosmétiques, les lingettes, les shampoings mais également dans certains produits ménagers pour ses qualités de conservateur se révèle être une substance très allergisante, selon la société française de dermatologie (SFD). Le MIT qui est utilisé en remplacement des parabens peut provoquer chez certaines personnes des eczémas notamment aux mains, au visage, voire au siège avec l'utilisation de plus en plus répandue des lingettes.

On trouve aujourd’hui assez fréquemment du Methylisothiazolinone dans différents produits de toilette (lingettes nettoyantes, savons, shampoings) sans parabènes, mais aussi dans des produits ménagers et des produits à usage industriel.

En France, on constate une nette augmentation des consultations dermatologiques suite à des réactions allergiques liées à la présence de méthylisothiazolinone (MIT) dans les produits cosmétiques. Une étude danoise souligne d'ailleurs une montée des réactions sans contact.

> le methylisothiazolinone, choisi par de nombreux industriels pour le remplacer, provoque de l'eczéma,

>lingettes nettoyantes, pour ou contre ?

Le Methylisothiazolinone semblait pourtant inoffensif. Il y a deux décennies il avait été jugé sûr au sujet, déjà d'éventuelles 'allergies, parce qu'il entrait dans la composition du kathon CG, un conservateur très irritant très souvent utilisé à cette époque. Une autre molécule était en cause.

Quand les parabens ont été montré du doigt pour leur rôle de perturbateurs endocriniens, les industriels ont proposé le methylisothiazolinone comme substitut. Et comme le methylisothiazolinonel n'est pas très puissant, «les industriels ont augmenté les doses», raconte le professeur Annick Barbaud, responsable de l'unité de dermato-allergologie du CHU de Nancy et membre de la SFD. Conséquence, des alllergies se seont multipliées, comme le montrent des indications fournies par le réseau de vigilance en dermato-allergologie (Revidal).


Methylisothiazolinone - Les risques auraient pu être évités

"L'exemple du MIT met une nouvelle fois en lumière la difficulté qu'il peut y avoir à trouver des molécules de remplacement. Le problème est flagrant pour le bisphénol A. Ce produit très largement utilisé dans les plastiques est également un perturbateur endocrinien et reconnu comme un cancérigène. Mais il y a un peu plus d'un an, l'Académie de médecine considérait qu'une interdiction «radicale» du bisphénol A était irréalisable tant qu'on ne disposait pas «de produits de remplacement ayant fait la preuve de leur efficacité et de leur innocuité».

«Le problème de l'allergie c'est que les tests qui sont effectués sur des personnes volontaires ne provoquent bien souvent pas de réaction sauf s'il s'agit d'un irritant majeur», explique Annick Barbaud. Si les industriels avaient interrogé les médecins à propos du methylisothiazolinone, ils les auraient peut-être mis en garde compte tenu du passé, «mais en général nous ne sommes jamais consultés», poursuit l'allergologue.

Les industriels en tous cas vont, une fois encore, devoir trouver un autre conservateur. «Si au moins ils faisaient disparaître le methylisothiazolinone des lingettes, ce serait une première étape. Car l'inconvénient majeur de ce type de produit est qu'ils ne se rincent pas», souligne encore le médecin, à la différence des savons, démaquillants et autres shampoings." (source l le figaro.fr)

comment faire ?

L’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM), dans une note d’information publiée en mai 2011, considérait qu’il n’était pas possible « de proposer aujourd’hui des alternatives chimiques ayant un meilleur profil de sécurité et une efficacité de conservation égale aux parabènes. Par définition, tous les conservateurs sont biologiquement actifs. En conséquence, tout conservateur peut conduire potentiellement à des problèmes de sécurité. »

Pour limiter l’exposition aux conservateurs, dont les parabènes, une diminution de la concentration des conservateurs n’est pas toujours envisageable car la protection anti bactérienne risquerait d’être insuffisante.


[modifier] sur le Methylisothiazolinone

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4