consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Nucléaire

Nucléaire

Un article de Encyclo-ecolo.com.

électricité Il y a, en 2015, 437 réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde répartis dans 30 pays et 72 autres unités en chantiers. De plus, 160 autres sont en projet.


Sommaire

Le nucléaire, petit état des lieux


Ce sont l’Amérique du Nord et l’Europe qui comptent le plus de centrales mais l’Asie devrait voir son nombre de réacteurs augmenter fortement dans les années à venir avec le boom du nucléaire civil en Inde et en Chine : en Asie, 119 réacteurs nucléaires sont en exploitation, 49 en construction et plus de 100 en projet. 56 réacteurs nucléaires de recherche sont également en fonctionnement.

La part du nucléaire à l’échelle planétaire est pourtant en légère baisse selon l’AIEA : entre 1986 et 1995, le nucléaire civil représentait 17% de la production mondiale d’électricité mais seulement 14% en 2007. En 2015, le nucléaire représente 12 % du mix électrique mondial.

Ce taux devrait continuer à baisser du fait de la croissance forte des autres sources d’énergie.

  • En plus du nucléaire (12%), l’électricité provient en 2015 :
  • du charbon 41% (contre 36% en 2008),
  • des barrages hydroélectriques, du solaire et de l'éolien (20%),
  • du gaz 22% (16% en 2008) du fioul 5% (contre 10% en 2008).


En Europe, l’énergie nucléaire de 131 réacteurs fournit 30 % de l’électricité de l’Union européenne. Disposant du parc nucléaire le plus important des 28 États membres, la France assure la moitié de cette production d’électricité d’origine nucléaire. En 2016, 6 réacteurs sont en construction en France, en Roumanie, en Slovaquie et en Finlande. Par ailleurs, plus d’une douzaine de projets devraient se concrétiser en République tchèque, en Pologne, en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie, en Finlande, en Suède, en Slovénie et au Royaume-Uni. Ce dernier projet britannique vise à construire et exploiter deux réacteurs EPR sur le site d’Hinkley Point (Somerset), qui pourraient fournir 7 % de l’électricité du pays.


La période faste de l'atome remonte à loin, en effet: elle s'étend de la seconde moitié des années 1960 à la fin des années 1970. Après des années de marasme jusqu'en 2008, le nucléaire est de nouveau sur le devant de la scène. Certains y voient une manière de limiter les émissions de C02 et d'autres, pensent que le nucléaire ne pourrait que faiblement limiter le changement climatique.


De nombreux pays s’engagent dans une politique de transition énergétique qui inclut le nucléaire dans le panel des énergies utilisées et utilisables. A contrario, l’Allemagne est l’un des rares pays où transition énergétique rime avec sortie du nucléaire. Avant 2011 et la décision de l’Allemagne de sortir du nucléaire, les centrales produisaient 24 % de l’électricité du pays. Avec la fermeture de 8 réacteurs sur 17, la production d’électricité d’origine nucléaire est tombée à 18 %.


[modifier] Voir aussi

[ Hydraulique Electricité verte ] [ Eolien ] [ Energie marémotrice ]

POINT DE VUE - DEBAT

Le nucléaire n'est pas une énergie renouvelable


Face à la future pénurie d'uranium, ISABELLE CHEVALLEY, fondatrice du mouvement d'Écologie libérale suisse, explique que le nucléaire n'est finalement pas une énergie renouvelable et illimitée. Point de vue.


Bientôt la fin de l'Uranium ?

Depuis 2001, le prix de l'uranium a été multiplié par dix, passant de 7 dollars la livre à plus de 75 dollars en 2007. Cette augmentation massive du prix de l'uranium montre bien l'incertitude qui règne autour de sa production. Le nucléaire civil s'arrêtera plus vite que ses partisans ne l'imaginent à cause d'une pénurie d'uranium.


Depuis 1991, on n'extrait plus assez d'uranium pour couvrir les besoins des 450 centrales nucléaires civiles actuelles. La différence est comblée par l'utilisation des stocks militaires. En 2003, la demande en combustible nucléaire a été satisfaite pour moitié par des ressources minières et par des ressources militaires pour l'autre moitié.


Les gisements que l'on découvre aujourd'hui sont quasi tous plus pauvres en uranium que ceux déjà exploités. De plus, un gisement n'est jamais exploité en totalité, par manque de rentabilité économique, même à un prix élevé de l'uranium, ou du fait d'un risque financier trop élevé compte tenu des difficultés rencontrées. Cependant, la principale limitation provient de la nature du gisement et des obstacles techniques à son exploitation, quel qu'en soit le coût. Le manque d'uranium limitera ainsi l'utilisation d'une partie des centrales nucléaires entre 2015 et 2025.


L'engouement dans les prospections du métal gris ne permettra pas de satisfaire la demande du jour au lendemain. Une mine est opérationnelle parfois plus de vingt ans après la découverte du gisement et ces vingt dernières années, aucune découverte majeure n'a été faite.


De plus, la production d'uranium et surtout son enrichissement est extrêmement concentrée, bien plus que le pétrole. Actuellement seize pays exploitent l'uranium et 80% de la production se concentrent dans six de ces pays (Russie, Niger, Namibie, Kazakhstan, Australie et Canada). De ce fait, le chantage à l'uranium est incomparablement plus facile que celui au pétrole car très peu de pays sont producteurs. Ceci rend l'industrie nucléaire très vulnérable. Il est absurde de dire que le nucléaire rendrait notre approvisionnement énergétique plus sûr.


Dans ce contexte d'approvisionnement instable de combustible, il est totalement illusoire de vouloir construire de nouvelles centrales nucléaires. Investissons nos moyens dans les énergies renouvelables comme nous le montrent très bien les banques avec leurs fonds de placements durables. Il n'y a aucun avenir dans le nucléaire.


[modifier] A lire également :

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.