consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Slow cosmétique

Slow cosmétique

Un article de Encyclo-ecolo.com.

Cosmétique bio

Sommaire

La slow cosmétique


La Slow Cosmétique est un terme inventé par le chroniqueur beauté de consoGlobe, Julien, de l'Essentiel de Julie, spécialite de l'aromathérapie et d'une cosmétique douce et naturelle, la slow cosmétique.

La Slow Cosmétique est une invitation à consommer la beauté différemment. Il s’agit d’un mouvement qui prône un retour à l’essentiel : consommer moins de produits cosmétiques et opter pour des ingrédients de qualité, naturels et non toxiques.

La Slow Cosmétique est avant tout une cosmétique bio mais c'est aussi une cosmétique :

  • Intelligente : elle répond de façon adéquate à des besoins réels de la peau. Pour cela, elle utilise des ingrédients vivants et naturels qui apportent quelque chose de positif à la peau. Elle évite donc les ingrédients inactifs (huiles minérales, silicones) et ceux dont la toxicité est mal connue à court ou long terme (parabens, composés éthoxylés…).
  • Pleine de bon sens : elle ne crée pas de nouveaux besoins pour la peau et limite le nombre de produits à utiliser pour la maintenir belle et en bonne santé. Elle ne promet pas l’impossible et nous invite à nous recentrer et réfléchir à chaque acte de consommation d’un produit.
  • Naturelle et écologique : elle est formulée sans ingrédients dérivés de la chimie de synthèse ou de la pétrochimie dont l’impact écologique est trop lourd. Elle fait appel à des produits actifs qui ont subi le moins de transformations possibles. Elle minimise l’emballage et promeut le recyclage.
  • Qui invite aux plaisirs simples : elle nous rappelle l’authenticité des végétaux et des minéraux qui sont bénéfiques pour notre peau et pour notre état d’esprit. Elle nous invite à entrer en contact direct avec la nature (respirer et toucher, marcher, se baigner). Elle ne fait pas appel à des parfums de

synthèse, à des emballages sophistiqués ou à des icônes retouchées sur Photoshop pour nous séduire.


741ee40f11f3ce6595cea0d0918c6aab.jpg
Les chroniques Slow cosmétique de julien


Êtes-vous slow cosmétique ou pas slow ?

Ça, c’est slow csométique :

  • Bien connaître le fonctionnement de sa peau et ne pas paniquer à la moindre imperfection.
  • Utiliser le moins de produits possibles pour répondre à tous les besoins primaires de la peau.
  • Lire les étiquettes de ses produits pour savoir ce que l’on consomme et pourquoi.
  • Accepter sa peau telle qu’elle est et devenir sa meilleure amie.
  • Adopter une attitude globale pour la beauté : une alimentation saine, de l’exercice physique et des pensées positives.
  • Hydrater son visage avec de l’huile végétale pure ou aromatisée aux huiles essentielles.
  • Fabriquer dans la joie ses propres produits de beauté pour les soins de base du quotidien.
  • Se maquiller pour sublimer notre personnalité profonde.
  • Opter pour un déo sans aluminium bien adapté à son type de peau et si possible certifié bio.
  • Faire de la gym faciale chaque jour pour muscler le visage et le garder jeune plus longtemps. Masser le visage tous les jours.
  • Se protéger du soleil en portant des vêtements, en préférant l’ombre ou en utilisant des filtres UV qui respectent l’environnement.


Ça, c’est pas slow cosmétique

  • Croire que la peau idéale existe et qu’elle a besoin de mille et un produits pour rester belle.
  • Utiliser un lait démaquillant, un gommage, un masque, un contour des yeux, une crème pour le cou, un sérum liftant, un anticernes, une crème de jour, une crème de nuit… et se demander ce qu’il nous manque.
  • Croire aux publicités sans réfléchir à ce qui se cache derrière.
  • Vouloir constamment changer de peau, rechercher la perfection.
  • Penser que les cosmétiques sont la clé de la jeunesse éternelle et de la beauté ultime.
  • Appliquer un sérum plein de silicones, puis une crème occlusive par-dessus.
  • Ne faire confiance qu’aux grandes marques de cosmétiques parce qu’on les voit dans les magazines.
  • Se maquiller pour camoufler.
  • Acheter le déo qui a tout faux : des gaz propulseurs, de l’aluminium et des parfums synthétiques.
  • Penser que les crèmes antirides sont capables de regonfler la peau de l’intérieur et de maintenir intact l’ovale du visage.
  • Bronzer des heures durant en oubliant d’appliquer les mille et un filtres UV qu’on avait pourtant achetés au prix fort.



[modifier] A lire également au sujet des cosmétiques bio

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.