consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Toit végétalisé

Toit végétalisé

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Sommaire

Les toits végétalisés ou toits végétaux


Les toits végétalisés sont très à la mode car ils apportent des gains très nets en matières d'islation thermique avec des matériaux naturels très appréciés en milieu urbain.

La technique de toiture végétalisée correspond à une démarche de développement durable et répond notamment aux exigences des constructions HQE (Haute Qualité Environnementale). Elle est adaptée aux principaux supports de construction : bois, bac acier, béton.


La végétation colonise les toits

La végétation colonise de plus en plus les toits des habitations. Le point sur une technique écologique autant qu’esthétique. Consommation d'énergie, isolation thermique, et même esthétique, le toit végétal répond à diverses préoccupations d'actualité.


• Le principe des toitures généralisées consiste à recouvrir d'un substrat végétalisé un toit plat ou de faible pente en remplacement du bardeau d’asphalte ou d’aluminium traditionnellement utilisé.


• Le mélange de terre et de végétaux enracinés sur les toits permet de réaliser des toitures relativement bien isolées, étanches, résistantes au vent et au feu.


• Utilisé depuis la préhistoire, ce type de toiture végétalisée est aujourd’hui une caractéristique architecturale fréquente d'un bâtiment durable ou de type HQE


• Mieux encore : le principe de l’éco-toit, du toit végétalisé, semble se généraliser… hors de France, malheureusement. Certaines villes allemandes comme Berlin, Hambourg ou Stuttgart adoptent des mesures fiscales incitant particuliers et entreprises à verdir leurs toits. La ville prend en charge une partie du coût de l’installation.

>>> En Allemagne, 10% des toits ont été végétalisés en dix ans. En tête du peloton des toits verts : le Canada, la Suisse, la Belgique, à la traîne, la France…


Des fleurs sur tous les toits ? Aspect engazonné ou prairie, on peut végétaliser n’importe quelle toiture : métal, béton, tôle d’acier nervurées, bois…Mais, la végétalisation ne s’improvise pas.


Pour réaliser un toit végétalisé, l'ajout d'un substrat de culture et de végétaux nécessite :

  • une structure capable de supporter le poids de l’installation prévue, gorgée d'eau ou couverte de neige,
  • une étanchéité parfaite (bâches spéciales en plastique placées entre la partie végétalisée et la charpente + membrane géotextile, système anti-racines),
  • une pente relativement faible (35° maxi) et un accès facile pour l'entretien.
  • D’autres facteurs doivent aussi être pris en compte : l’orientation du toit, le vent…

Il faut recouvrir le toit d'un substrat végétalisé un toit plat ou à faible pente (jusqu'à 30°). Il peut s'agir de tapis pré-végétalisés, de sédums ou de caissons emboitables prévégétalisés, autodrainants, mais équipés d'une petite réserve en eau. Cette technique, qui est parfaitement au point est relativement aisée à mettre en place, ne provoque pas l’altération du bâtiment. Au contraire, la stabilité et l’étanchéité des toitures végétalisées sont supérieures aux toitures plates classiques.

La principale contrainte pour ajouter un substrat de culture et de végétaux sur un toit est le poids. La structure doit être suffisamment forte pour résister au poids sec mais aussi au substrat détrempé. Chaque installation s'accompagne obligatoirement d'une membrane d'étanchéité ainsi que d'une couche de drainage et de filtration.


  • Quel que soit le type de toiture végétale choisi, la membrane se retrouve toujours sur la structure à recouvrir.

Certaines terrasses sont couvertes de plantes en godets qu'on peut enlever ou déplacer, de dalles pré-cultivées ou de rouleaux pré-végétalisés de sédums.

L’intégration d’un toit vert est réalisable sur des bâtiments déjà existants. Les surcoûts de construction (renforcement de toiture) sont faibles, compte tenu des économies de chauffage ou de climatisation réalisées.

Quelles plantes utiliser pour un toit végétalisé ?

  • Les plantes utilisées apportent une grande biodiversité. Ce sont des plantes vivaces, rustiques et adaptées à chaque milieu permettant de créer un écosystème stable, avec un entretien limité.

Techniquement, toutes les plantes peuvent pousser sur les toits, mais certaines peuvent nécessiter des soins constants pour les préserver d'un soleil permanent, du gel et des grands vents. Dans la plupart des cas, la végétation sera composée uniquement d’herbacée ou de plantes arbustives. Elle sera choisie en fonction du climat de la région, de l’ensoleillement, de la pente du toit, de l'épaisseur du substrat...

De manière générale, on devrait privilégier des plantes vivaces et indigènes très résistantes aux températures extrêmes. Elles devraient s'implanter rapidement pour couvrir le sol, afin de réduire leur assèchement par le soleil et le vent. (source : paris.fr)


Le toit végétalisé, un concept simple d’utilité publique

Un toit végétalisé, toiture écologique par exellence, constitue un écosystème stable, autonome et autorégénérant. Elle présente de nombreux avantage :

Les avantages d'un toit végétalisé

  • En été, la température d’un toit terrasse classique peut dépasser 60°C. La présence de toitures vertes végétalisées même sur moins de 10% des toits des villes ferait descendre la température d'environ 1,5°C.
  • Un toit végétalisé permet la régulation des eaux de pluie en absorbant une grande partie des précipitations (50 à 100 %), et en relâchant graduellement une partie de l’eau accumulée. Par sa capacité de rétention d’eau, il contribue à réduire les risques d’inondation.
  • Un toit végétalisé améliore l’isolation acoustique : un substrat de 12 cm d'épaisseur peut réduire les bruits aériens de près de 40db.
  • Un toit végétalisé améliore l’isolation thermique par un effet de climatisation naturelle (par forte chaleur, jusqu’à 4° en moins à l’intérieur de l’habitat) et permet une moindre consommation d'énergie.
  • Un toit végétalisé limite la quantité de poussière et de pollution atmosphérique : les plantes fixent la poussière, assimilent le gaz carbonique et émettent de l’oxygène.
  • Un toit végétalisé double la durée de vie des étanchéités en les protégeant d’un vieillissement prématuré provoqué par les U.V. ou les chocs thermiques.


  • Au Japon, la ville de Tokyo exige que toute construction occupant plus de 10 000 pieds carrés (929m2) de terrain soit couverte de végétaux sur 20% de sa surface.
  • En Allemagne, durant les 10 dernières années, 10% des toits ont été végétalisés. Un système de points accorde une réduction de taxe environnementale aux promoteurs immobiliers qui utilisent un toit végétalisé. A Berlin, par exemple, la ville prend à sa charge 60% des dépenses liées aux toitures végétalisées et à l’installation de traitement de l’eau de pluie.


Les avantages d'un toit végétalisé

- La fixation des poussières atmosphériques et des pollens;

- Une diminution des taux de CO et CO2, pour plus de dioxygène produit;

- Une augmentation de la superficie disponible en espace de nature;

- Une contribution à la biodiversité et une meilleure intégration paysagère; la vie sauvage retrouve des habitats, des équilibres naturels se recréent;

- Une meilleure isolation thermique (fraîcheur en été, douceur en hiver). Dans les villes, le réchauffement excessif des toitures, du béton, de l'asphalte des rues et de la maçonnerie extérieure des murs réchauffe l'air environnant de quelques degrés supplémentaires. En hiver, au contraire, une couverture végétale permet d'isoler et d'économiser le chauffage;

- Une protection renforcée de l'étanchéité de la toiture; les eaux de ruissellement sont endiguées. Annuellement, un toit végétal pourrait absorber jusqu'à 50 % de la quantité d'eau tombant sur les toits;

- Judicieusement conçues, les toitures végétalisées redonnent aux villes, notamment industrielles, une indéniable valeur esthétique et valorisent l’habitat;

- Une meilleure isolation phonique (contre la pluie, la grêle, les bruits extérieurs). La terre végétalisée est l'un des meilleurs isolants acoustiques, car elle absorbe les ondes sonores. (source : paris.fr)

au sujet des toits végétalisés

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4