consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Vernis à ongles

Vernis à ongles

Un article de Encyclo-ecolo.com.



Sommaire

Les vernis à ongles

Le vernis à ongle est un luxe bon marché. . L’offre couleurs est particulièrement large : des teintes légères des French Manicure aux rouges les plus foncés en élargissant la palette aux bleus, aux verts et aux jaunes. Les femmes savent qu’un vernis léger embellira l’ongle, couvrira les stries et en préviendra le dédoublement.


La composition des vernis à ongles


De quoi est composé un vernis à ongles standard ?

Les vernis à ongles traditionnels contiennent des composants chimiques toxiques en grand nombre :

Un vernis à ongles totalement inoffensif ne devrait pas contenir de phtalates, de toluène, de formaldéhyde ou de xylène


  • agents plastifiants : Des plastifiants tels que le dibutyl phtalate également ajoutés pour gagner en élasticité et pour que le vernis ne s'écaille pas. Certains solvants et plastifiants, tel que le dibutyl phtalate, sont des toxiques avérés, responsables de malformations du foetus ou de fausses couches mais ils sont utilisé en quantités réglementées.
  • pigments d'alminium
  • Des solvants  : un vernis à ongles est composé de résines filmogènes dérivées de la cellulose ainsi que des agents plastifiants. Pour disperser ces matières, des solvants sont utilisés ainsi que des pigments, des gélifiants pour maintenir les pigments en suspension et des actifs (végétaux ou naturels par exemple).

L'odeur caractéristique du vernis à ongles est l'odeur du solvant qui s'évapore, le toluène. Dans le cas du vernis à eau, c'est l'eau qui s'évapore d'où l'absence d'odeur. Ce qui permet le durcissement, c'est la résine.

Des solvants comme l'acétone, le formaldéhyde, le toluène et l'éthyle acétate sont ajoutés à la formule pour augmenter l'onctuosité et faciliter l'application. Une fois la laque appliquée sur l'ongle ce sont les solvants qui, en s'évaporant, permettent le durcissement de la couche de vernis.


  • Des résines : Les vernis à ongles contiennent des pigments et des résines. Résines filmogènes dérivées de la cellulose


Des risques d'intoxication n'existent qu'en cas d'exposition à un grande quantité de solvants – beaucoup plus que ce que contient un simple flacon de vernis à ongle.


Qu’est-ce qui fait qu’un vernis tient mal ? -> des couches de vernis trop épaisses et un temps de séchage non respecté ! -> Contrairement à ce que l’on pourrait penser, plus la couche de vernis va être fine, mieux elle va tenir ! Plus elle est épaisse et plus celle -ci risque de s’écailler très vite ou de partir tel un peel-off. Le fait de bien attendre que le vernis sèche entre les couches de vernis permet également d’améliorer la tenue ; car le séchage permet au vernis de bien adhérer à l’ongle. Enfin, l’application d’une base avant la pose et d’un top coat après la pause (en couche très fine) favorise également la tenue.


Quels sont les ingrédients qui assurent la tenue d’un vernis sur les ongles ? Il s’agit des résines, qui sont une matière de base.

Comment préparer au mieux ses ongles pour la pose du vernis ? - Évidemment, il faut que les ongles soient parfaitement démaquillés. - La veille de la pose du vernis, exfolier les ongles et assouplir les cuticules à l’aide d’un exfoliant (l’exfoliant Yves Rocher par exemple) puis les repousser d’un bâton de buis. Rincer. Appliquer ensuite un soin – baume (par exemple le soin anti-casse Yves Rocher).


vernisongles77.jpg

Les vernis à ongles écologiques


> sur les vernis à ongle naturels ou écologiques, voir : [ Les vernis à ongles 100% naturels ]

En 2001, Yingchun Liu a déposé le brevet d'un vernis à ongles à base d'eau « Suncoat » : un vernis à ongles à base d'eau, sans odeur, sans toluène, formaldéhyde, phtalates ou acétone. Par souci d'innocuité, les couleurs sont à base de pigments naturels, sans colorants FD&C (colorants synthétisés chimiquement et dérivés de l’aniline, un produit pétrolier toxique à l’état pur). Une trentaine de couleurs du gris métallisé au rose fushia sont disponibles. Testé en conditions réelles, on l'a trouvé facile à appliquer, un peu plus épais. Le vernis sèche en un peu plus longtemps (environ 5 minutes) mais le fini est parfait et au bout de trois jours pas de rayures ni écailles. Mais : ce type de vernis ne se dissout pas à l'eau et pour l'enlever le dissolvant classique n'est d'aucun secours, mieux vaut donc commander leur dissolvant spécial si vous ne voulez pas galérer

Le marché du vernis à ongles

Les grandes tendances du marché mondial du vernis à ongless, selon Pierre Miasnik de Fiabilia, un des principaux fabricants, sont les suivantes :

  • le marché du vernis est un marché de masse là où se font les gros volumes. On a pu observer une amélioration significative des qualités tant techniques que cosmétiques. Les réglementations récentes ont entraîné la disparition de l’utilisation du toluène et du DBP et nous avons délisté plusieurs ingrédients couramment utilisés dans les vernis.
  • Les consommatrices recherchent des produits faciles. Faciles, au sens de « produits qui s’appliquent aisément, qui couvrent sans faire de stries, qui soient brillants et qui restent brillants, qui sèchent vite et qui tiennent ». Pour compenser la disparition de certains ingrédients et répondre à ces exigences, nous avons repensé la formulation des vernis.


Le marché du vernis à ongles

  • Les ventes de vernis en 2010: les femmes jettent davantage leur dévolu sur les vernis à ongles que sur les autres articles de maquillage.

Les ventes de ces vernis à ongle ont augmenté de 54%en 2010 (après 11% en 2009), contre 14% pour les rouges à lèvres. D'après le centre de recherche Euromonitor International, bien que le secteur de la beauté ait souffert de la récession, le marché des ventes de vernis à ongle a progressé de 11% en 2009.


Les nuances classiques comme le beige, le rose ou le rouge étaient préférées auparavant, on préfère désormais les taupe ou les gris, avec des matières permettant aussi de varier les styles telles que le mat, les reflets ou encore le brillant.


Selon Suzi Weiss-Fischmann, expert en beauté, « les ongles sont le dernier accessoire indispensable ». De plus, le côté « luxe » des vernis met les femmes « de bonne humeur ».


Cette tendance touche par ailleurs de nombreuses stars qui ont lancé leur propre ligne de vernis à ongles, à l’instar de Kim Kardashian, Justin Bieber ou la pulpeuse Dita Von Teese

le vernis craquelé bicolore

Lancé par la marque OPI, le vernis craquelé a été la tendance du printemps 2011: ce vernis se réalise facilement: on pose dans un premier temps une couleur vive sur l’ongle, qui une fois sèche est recouverte par une couche de vernis noir. Ce dernier craquèle faisant ainsi ressortir la première couleur. Ce look à la portée de tous reste donc simple tout en étant très sophistiqué.

Une fois la couleur de base sèche, on applique un autre vernis fabriqué à partir d’un solvant incompatible, qui va sécher de manière irrégulière, permettant l’effet « craquelé ». OPI s’est associé avec la joueuse de tennis Serena Williams pour sortir le duo Glam Slam, qui consiste en un vernis vert brillant Simply Smashing, et une couche noire baptisée Black Shatter. Mais également avec Katy Perry avec une collection très shiny comprenant cinq vernis dont le Black Shatter.


La croissance des ventes de vernis à ongles


  • Les ventes de vernis à ongles sont en pleine expansion dans le monde ainsi qu'en témoigne l'article du Figaro ci-dessous. En France, on en vendrait 100 000 par an

Face à l'explosion des ventes et à l'internationalisation des marques, les fabricants de vernis à ongles se concentrent et multiplient les rachats de concurrents, les investissements en R&D.


Les statistiques 1997 : 52 % de progression en grandes surfaces, 14 % en sélectif et plus de 20 millions de flacons vendus rien qu'en France. Après des années de décroissance, le vernis à ongles a de nouveau le vent en poupe. " En 1997, nos ventes ont doublé, et la croissance continue en 1998 ", se félicite Carole Wepler, directrice marketing international d'Arcancil, pour qui le phénomène est mondial. Deux raisons à ce retour en vogue : les formules séchage rapide et longue tenue, qui simplifient le geste maquillage, et l'explosion des couleurs, avec des teintes inimaginables il y a encore un an. Grâce à la technologie, les vernis deviennent de plus en plus sophistiqués, avec des effets changeants et des touchers veloutés, métallisés ou caoutchoutés. L'explosion du marché mondial fait bien sûr le bonheur des marques du secteur, comme L'Oréal Perfection, Nivea Beauté (Beiersdorf), Arcancil, Revlon, qui multiplient les innovations. Il faut dire que les enjeux sont d'importance : avec 40 millions d'unités vendues, l'Express Finish de Gemey (L'Oréal) a généré un chiffre d'affaires de 500 millions de francs ! (source LSA)

La quasi-totalité des marques de rouge à ongles sous-traitent la production

Outre le marketing intensif des marques, le retournement du marché doit beaucoup aux quatre principaux sous-traitants qui se partagent la fabrication mondiale. Les vernis à ongles font en effet partie de ces cosmétiques où la quasi-totalité des marques, à l'exception de L'Oréal, sous-traitent la production. " La fabrication et le stockage de ces matières hyperinflammables sont très dangereux, explique Pierre Miasnik, P-DG de Fiabila, leader européen du vernis coloré. De plus, pour s'épargner de lourds investissements et se concentrer sur le marketing, les grands groupes du secteur accélèrent la sous-traitance de leur production et l'étendent au conditionnement. " Pour faire face à la soudaine explosion du marché, les sous-traitants mettent le paquet. Premier signe : la concentration du marché. Alléché par les opportunités de croissance du marché européen, l'américain Kirker vient de prendre une participation majoritaire dans l'entreprise familiale écossaise ATC. " C'est la première grande concentration sur le marché européen ", reconnaît Mathieu Pourquery de Boisserin, directeur commercial et marketing de Bergerac NC. " Nous voulons avoir une présence outre-Atlantique pour suivre nos clients en Europe ", avance Sara Garcia, directrice marketing de Kirker. " Cette fusion nous permet d'augmenter nos capacités de recherche et d'investir pour doubler notre production ", souligne de son côté Mike Pearson, P-DG et fondateur d'ATC. Face à la concentration des anglo-saxons, les français accélèrent aussi leur internationalisation. Après avoir acheté au début des années 90 son concurrent américain Tevco et la marque Durlin, Bergerac NC, la filiale cosmétiques de la SNPE (Société nationale des poudres et explosifs), a conclu deux joint-ventures en Thaïlande et au Japon. " Nous devons anticiper les stratégies agressives de développement mondial des géants de la cosmétique, souligne Mathieu Pourquery de Boisserin. Or il vaut mieux produire sur place, car les besoins de nos clients varient très vite en fonction des modes. "


sept 2010 : «En plein soleil de South Beach», «Louvre me, Louvre me not», «Je ne suis pas vraiment une serveuse», etc.), Le groupe de parfums américain Coty serait pressenti pour racheter l'entreprise de vernis à ongle et se renforcer sur un marché en pleine expansion. L'Oréal serait aussi intéressé : les enchères pour racheter la pépite cosmétique pourraient atteindre entre 900 millions et un milliard de dollars. Le créateur de fragances américain Coty, apparaît pour l'instant comme le concurrent le plus sérieux, mais des fonds de private-equity comme Bain Capital LLC ou encore Advent International Corporation auraient aussi participé au premier round d'enchères. Le deuxième round doit avoir lieu dans deux semaines.


Avec plus de 230 teintes différentes aux noms accrocheurs OPI est la marque phare des salons de manucure du monde entier. En quelques années, OPI a su se faire une place de choix dans l'univers de la manucure. En sortant des salons et en signant des accords avec les idoles des adolescentes comme Katy Perry ou Justin Bieber, la marque a réussi à faire de ses flacons aux couleurs acidulés des accessoires branchés et incontournables. La griffe des ongles parfaits a par ailleurs développé des partenariats avec des producteurs de films ou de séries télévisés. Dans la série américaine Gossip Girl, les actrices portent un vernis créé spécialement pour l'occasion, nommé «trop riche pour toi».

Ce positionnement résolument fashion porte ses fruits. D'après Bloomberg, les ventes annuelle d'OPI s'élèvent à 300 millions de dollars tandis que son excédent brut d'exploitation est estimé à 80 millions de dollars. L'entreprise créée en 1981 par George Schaeffer, chercherait à se vendre entre 11 et 12 fois ses bénéfices.


Coty, l'acheteur potentiel, est déjà bien implanté sur le marché américain du soin aux ongles. Il en détient près de 48% via sa marque de vernis Sally Hansen. Le rachat d'OPI qui représente 6% des ventes de vernis aux Etats-Unis, permettrait au groupe de se renforcer sur un secteur porteur et de se repositionner sur le vernis haut de gamme.

Bloomberg rapporte aussi des rumeurs de marché évoquant L'Oréal comme acheteur potentiel. A titre de comparaison, le groupe français a, en avril dernier, racheté le fabricant de vernis américain Essie Cosmetics, dont les ventes annuelles s'élevaient à 28 millions de dollars.

OPI propose une teinte de vernis différente pour chaque situation et presque pour chaque jour de l'année. Celle qui semble la mieux adaptée en ce moment est un bleu électrique à paillette prénommée «Attrape-moi dans tes filets».


[modifier] sur les vernis à ongles

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4