consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Pesticides bio

Pesticides bio

Un article de Encyclo-ecolo.com.

insecticide


Sommaire

Pesticides Bio - Qu'est ce que c'est ?

Les pesticides dits « bio » utilisent les propriétés d’éléments naturels, contrairement aux pesticides industriels qui font appel à des produits de synthèse.

Les pesticides bio et l'agriculture biologique

L'agriculture biologique interdit les pesticides chimiques et donc favorisent les pesticides naturels. En soir, la rotations de cultures et la couverture des sols pratiquées en bio réduisent l’érosion des sols les problèmes de nuisibles et la consommation de pesticides.

La réglementation spécifique de l’[Agriculture biologique]] demeure aujourd’hui une obligation de moyens interdisant l’usage de produits chimiques de synthèse tels que les pesticides, avec toutes les retombées positives que cela a pour l’environnement et la santé du consommateur.

Les pesticides bio limités par la faible part de l'agriculture bio

Toutefois, l’agriculture biologique ne représente aujourd'hui que 2% des surfaces agricoles en France : le risque de contamination par des pesticides présents dans l’environnement ne peut donc pas être occulté.

Globalement, une étude réalisée pour le compte du ministère de l’agriculture de 1993 à 2000 sur près de 15000 échantillons de produits biologiques révélait que 93,7% d’entre eux étaient totalement exempts de résidus de pesticides, ce qui démontre un très faible niveau de contamination.

Les techniques de pesticides et insectides bio

Lutter contre les insectes parasites et maladies des cultures avec des pesticides bio n'est pas impossible car cela mobilise des techiques traditionnelles qui sont celle de l'agriculture biologique :

Pesticides bio : la lutte intégrée

La lutte intégrée, proche du compagnonnage, consiste à se servir des ennemis naturels des parasites des cultures pour contrer l'extension des ravageurs. Cela coonsiste à favoriser la présence de plante ou d'animaux dont la présence sera salvatrice et bénéfique aux cultures.

  • L'exemple le plus connu est celui de la coccinelle contre les pucerons. La cocccinelle, un coléoptère, est capable d'avaler des milliers de pucerons en quelques heures.
  • Il existe d'autres auxiliaires naturels comme les champignons microscopiques du genre trichoderma, qui servent contre d'autres champignons pathogènes (sclérotinia)sont la cause du pourrissement des légumes par le pied et qui causent la fonte des semis sur de larges superficies.

La lutte intégrée consiste aussi à coloniser le sol des parcelles à défendre par des micro-organismes qui s'attaquent aux ravageurs des récoltes.

Pesticides bio : des extraits de plantes

Comme pesticides bio pour défendre les cultures, on peut se servir d'extraits de plantes très efficaces :

  • la roténone
  • le pyrèthre qui est une sorte de chrysanthème.
  • Le jus de tabac est un insecticide violent soumis à des restrictions.
  • D'autres substances utilisées en tisanes (macération, décoction), comme la pelure d'oignon ont une action sur des maladies comme le mildiou.
  • On peut faire de nombreuses décoctions ou purins avec des plantes variées : ortie, prêle, fougère, tanaisie, oignon.


Les précautions à prendre pour les pesticides bio

Utiliser des pesticides bio, c’est bien meilleur que d'utiliser des pesticides pétrochimiques industriels. Ceci dit, on ne peut les considérer comme des produits inoffensifs. Certaines précautions sont à observer, au même titre qu’avec un pesticide traditionnel.

Les pesticides bio et insecticides bio

  • Comment éviter les pesticides chimique pour faire un jardinage écologique  ?

Le jardin est rarement associé à la notion de nature sauvage. Trop souvent des pesticides et des engrais chimiques sont employés et certains jardiniers mènent une véritable lutte contre la nature. Il est possible de créer des refuges naturels pour la faune et la flore et le jardinier peut aussi utiliser les ressources de la nature pour lutter contre les ravageurs. Principe de base du jardin naturel : renoncer à l'emploi de produits chimiques, qu'il s'agisse d'herbicides, d'insecticides ou d'engrais. Ils peuvent être judicieusement remplacés par des traitements ou des engrais naturels utilisés en jardinage biologique.

Un pesticides anti - limaces

Les prédateurs de nos jardins, ce sont bien sûr les limaces qui peuvent dévorer pas mal de légumes et de plantes en très peu de temps. Evitons bien sûr autant que possible les granulés du commerce qui sont toxiques. Un remède naturel : placer des soucoupes remplies de bière. Les limaces adorant l'odeur de la bière vont venir s'y noyer. D'autres moyens naturels : placer de la sciure ou de la cendre de bois tout autour des parcelles à protéger. Les limaces vont s'y dessécher et n'atteindront jamais les plantes à dévorer.

Le purin de rhubarbe est un autre remède efficace contre les limaces. Recette : Placer 500 grammes de feuilles fraîches de rhubarbe dans 5 litres d'eau que l'on laisse macérer 5 jours. Diluer ensuite dans 5 volumes d'eau. On obtient un purin répulsif et malodorant que l'on peut arroser autour des plantes attaquées par les limaces.


Un pesticides écologique contre les pucerons, les orties

L'ortie, une mauvaise herbe ? Que nenni… Le purin d'orties est un excellent insecticide de contact contre les pucerons mais c'est aussi un fortifiant que l'on pulvérise sur les plantes pour les rendre plus résistantes aux maladies et aux parasites.

Recette : faire macérer 1 kg d'orties fraîches dans 10 litres d'eau pendant 3 ou 4 jours. Ensuite, il faut diluer ce litre de purin dans 10 litres d'eau pour pulvériser ou arroser.

Un pesticide bio contre les campagnols

Les campagnols font de gros dégâts dans nos jardins en rongeant les racines des arbustes et les légumes au potager. La solution, c'est le purin de sureau.

Recette : un kilo de feuilles de sureau placé dans 10 litres d'eau et que l'on laisse macérer pendant une dizaine de jours. Il s'utilise pur : on vide le liquide dans les galeries de campagnols qui ne supportent pas cette odeur.


Un pesticide bio contre les tagettes

Cela peut paraître un peu curieux de voir des tagettes dans un potager mais elle y a un rôle à jouer comme plante nématocide c'est-à-dire qu'elle va éloigner ou tuer les nématodes. Ce sont de petits vers microscopiques qui peuvent faire des dégâts aux légumes. La solution : planter des tagettes entre les lignes de légumes.

Un pesticide écologique contre les chenilles ?

Plutôt que de s'orienter vers un insecticide chimique qui sera forcément toxique, on peut trouver dans le commerce un insecticide biologique. C'est le Bacillus turgensis dont on vaporise des solutions sur les jeunes chenilles.

Un pesticide écologique : La tanaisie anti-vermine

La tanaisie est une plante qui peut se révéler envahissante mais qui peut aussi être très utile. Ainsi, les feuilles séchées de tanaisie peuvent être placées sous la litière dans le poulailler pour éloigner la vermine. Mais c'est aussi une plante que l'on peut utiliser " en purin " pour ses propriétés fongicides.

Recette du purin de tanaisie : Faire macérer 300 grammes de feuilles fraîches de tanaisie pendant 5 à 6 jours, dans 10 litres d'eau. Prendre ce litre de purin pur, le filtrer puis le diluer dans 2 litres d'eau. La solution obtenue peut être pulvérisée pour lutter préventivement contre la rouille et contre l'oidium.



Un fongicide écologique : la prêle

La prêle est une plante que l'on peut rencontrer au jardin, surtout dans des lieux humides. Elle se présente sous forme d'une tige segmentée arborant un plumet vert. Cette plante peut être envahissante au point que certaines personnes veulent s'en débarrasser. La prêle peut néanmoins s'avérer utile. Ainsi, la décoction de prêle peut devenir un excellent fongicide préventif pour lutter contre le mildiou, l'oidium ou l'armillaire.

Recette : prendre 100 grammes de ce feuillage, placé dans 3 litres d'eau froide, laisser macérer pendant 24 heures. Faire bouillir le tout pendant 20 minutes. Laisser refroidir et pulvériser sur les plantes.



La consoude comme engrais bio

La consoude officinale est une plante indigène qui peut se cultiver dans le jardin. Ses racines pivotantes améliorent la structure du sol, ses floraisons attirent des insectes pollinisateurs comme les bourdons ou les abeilles. Elle est utilisée en lutte bio : les feuilles de consoudes placées dans le compost accélèrent le processus de compostage. On peut aussi faire du purin de consoude dans les mêmes proportions que le purin de sureau (voir plus haut) qui est un excellent engrais pour les plantes voraces comme l'aubergine, les tomates, les courges…



A lire également au sujet des pesticides bio



fruit-300x183.jpg
Les fruits et légumes les plus pollués

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.