consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
TAS, trouble affectif saisonnier

TAS, trouble affectif saisonnier

Un article de Encyclo-ecolo.com.

lumière

Sommaire

Le Trouble affectif saisonnier, TAS, le blues hivernal

Pour lutter contre le Trouble affectif saisonnier TA, aussi appelée "blues hivernal" ou "dépression hivernale", ou encore ou encore « SAD » de l'anglais de "Seasonal affective disorder".

Le Trouble affectif saisonnier se manifeste surtout l'hiver sous la forme d'une petite déprime et 'une perte de tonus : il faut utiliser des lampes de luminothérapie et des appareils de luminothérapie comme par exemple un simulateur d'aube pour lutter contre le trouble saisonnier.

La dépression saisonnière se rapportent à toute forme de dépression causé par un manque de luminosité naturelle.

Le Dr Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur au National Institute of Mental Health, a été le premier à démontrer, en 1984, le lien entre lumière et dépression. C’est lui qui a défini le Seasonnal Affective Disorder, communément nommé SAD, qu’on traduit par trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière.

luminotherapie4.jpg

La luminosité naturelle : les chiffres

La lumière naturelle dont nous bénéficions est :

  • Par une journée d’été ensoleillée : 50 000 à 100 000 lux
  • Par une journée d’hiver ensoleillée : 2 000 à 10 000 lux
  • À l’intérieur d’une maison : 100 à 500 lux
  • Dans un bureau bien éclairé : 400 à 1 000 lux


Lutter contre le Trouble affectif saisonnier TAS

Le Trouble affectif saisonnier TA, aussi appelée "blues hivernal" ou "dépression hivernale" a longtemps été considérée comme une maladie de chochotte.

Mais maintenant le Trouble affectif saisonnier TA, le "blues hivernal" ou "dépression hivernale", est vraiment pris au sérieux et démontré scientifiquement par de nombreuses recherches et attesté par de nombreuses personnes.

La mise en évidence des dépressions du type dépression saisonnière ou blues hivenal est indissociable de l’invention de la luminothérapie elle-même.

C’est en constatant que l’exposition à la lumière artificielle à large spectre profite aux personnes subissant des symptômes dépressifs pendant l'hiver que Rosenthal a montré rôle joué par la luminosité sur l'humeur et sur les rythmes circadiens. Rosenthal, qui appartient à la Society for Light Treatment and Biological Rhythms (SLTBR), une organisation internationale de chercheurs qui étudient la luminothérapie et les rythmes biologiques, a décrit cette maladie et publié plusieurs études et livres sur le Trouble affectif saisonnier.


Les symptômes du Trouble affectif saisonnier

Les symptôme de la dépression saisonnière sont maintenant assez bien connus des médecins.

Le trouble affectif saisonnier (TAS) entraîne les symptômes suivants : baisse de la libido, humeur dépressive, irritabilité, augmentation de l’appétit, fatigue chronique, baisse de libido.

Symptômes de la dépression saisonnière

Ces derniers surviennent toujours à la même période de l'année, d'octobre à mars, mais surtout en novembre, décembre et janvier. Ils disparaissent progressivement au printemps ou spontanément durant un voyage sous le soleil.

  • Asthénie : mal être et grande fatigue, s’accompagnant d’une baisse d’énergie, d’une perte d’intérêt,
  • Un état de fatigue chronique et de la somnolence durant le jour,
  • Une irritabilité ou une tristesse, une perte d'intérêt et un manque d'initiative,
  • Quelquefois, apparaissent des troubles de concentration doublés d'irritabilité,
  • Une baisse de la libido,
  • Une augmentation de l’appétit et parfois, prise de poids
  • Les insomnies ne sont pas fréquentes, les malades ont tendance à se plaindre au contraire d’un besoin exagéré de dormir
  • Il n’existe pas de trouble de l’appétit, mais au plutôt un besoin d’absorber des sucreries en quantité supplémentaire à la normale

Qui souffre de dépression saisonnière ?


Dans les pays nordiques, de 3 % à 6 % des individus, et même jusqu’à 10 %, selon certaines sources. Au Canada, 18 % de la population vit une déprime hivernale, caractérisée par des symptômes dérangeants, mais moins invalidants que ceux de la dépression saisonnière, tandis que 3 % souffrent d’une dépression saisonnière.

lumieresoleil76.jpg

De 3 à 5% de la population sont touchés par le Trouble affectif saisonnier, dont 75% sont des femmes, 2 à 3% des enfants de 10 ans et plus. Cette grande proportion de femmes s’expliquerait par des liens probables avec le système hormonal, la grossesse entre autres. La dépression saisonnière, ou T.A.S., apparaît essentiellement entre 25 et 45 ans, soit à un âge où les maternités ainsi que les charges professionnelles et familiales sont les plus importantes.

Le T.A.S. peut également toucher des personnes qui souffrent déjà d’autres troubles de l’humeur, ce qui complique évidemment le diagnostic.

Ces personnes présentent alors des symptômes comme une humeur dépressive, de la fatigue chronique, une baisse de la libido, un besoin exagéré de sommeil, des réveils difficiles, des crises de boulimie ou un appétit anormalement grand, notamment pour le sucre et les hydrates de carbone (pain, pâtes, pommes de terre).

Utiliser la luminothérapie contre le Trouble affectif saisonnier TAS

  • La principale application de la luminothérapie, et également celle qui est le mieux documentée scientifiquement, concerne la dépression saisonnière. Ce syndrome apparaît à l’approche de l’hiver, à mesure que diminue la clarté extérieure, et a un effet néfaste sur l’horloge biologique interne de certaines personnes. L’origine de ce syndrome demeure inconnue. La luminothérapie est un traitement médical reconnu pour combattre la dépression saisonnière.

La luminothérapie est aussi utilisée pour contrer d’autres symptômes pouvant être associés à un dérèglement de l’horloge biologique interne, comme les troubles du sommeil et le syndrome prémenstruel ou pour combattre les problèmes attribuables au décalage horaire ou au travail de nuit. Elle pourrait également être utile dans certains cas de dépression comme le post-partum (à la suite d’un accouchement) ou la dépression non saisonnière chez les personnes âgées.

La luminothérapie pourrait aussi avoir des vertus préventives contre ces mêmes problèmes. Elle pourrait notamment profiter aux personnes qui ressentent une légère « déprime hivernale » annuelle ou qui travaillent toute la journée sans voir la lumière du jour, que ce soit dans un bureau ou une usine. Le Dr David Servan-Schreiber en fait état, entre autres, dans son livre Guérir tout comme le Dr Norman Rosenthal dans Soif de lumière.


Le Trouble affectif saisonnier des enfants et des ados

  • La luminothérapie se pratique aussi pour les enfants et les adolescents : pour eux la durée des séances de luminothérapie doit être moins longue : 15 à 20 minutes par séance.
luminot69.jpg

La luminothérapie est-elle efficace ?

  • Les études démontrent que, grosso modo, la luminothérapie est efficace chez environ 2 patients sur 3 ayant des symptômes de dépression saisonnière hivernale.

Ces symptômes de dépression disparaissent de 50 % à 80 %. Cette réduction est tout aussi bonne que celle obtenue par l'utilisation d'antidépresseurs, avace l'avantage de ne pas avoir d'effets secondaires néfastes et d'être bien moins cher.


bandeau-luminotherapie.JPG
Le Dossier Luminothérapie


[modifier] A lire également sur les lampes de luminothérapie et sur la luminothérapie

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.